Flosse / Fritch : la guerre des lettres

politique tahiti
Flosse / Fritch : la guerre des lettres
©Polynésie la 1ère
Lundi 26 mars, dans une lettre ouverte, le Président du Tahoeraa invitait le leader du Tapura, Edouard Fritch, à un "face à face télévisé". Celui-ci lui avait répondu qu'il ne voyait pas "l'utilité de débattre avec quelqu'un qui n'est pas candidat". Flosse riposte dans une nouvelle lettre ouverte. 
en tête

"Monsieur le Président,

   J'ai bien pris connaissance de votre réponse aux deux lettres ouvertes que je vous ai adressées.

   J'ai lu les raisons que vous avancez pour justifier de votre refus d'avoir à débattre de l'avenir de notre population et des moyens qu'il convient de mettre en oeuvre, pour ce faire.

   De toute évidence, vous méconnaissez les dispositions nationales relatives au déroulement des débats électoraux, qui ne m'interdisent pas de débattre sur les chaînes de télévision, même si je ne suis pas candidat.

   Votre manque de courage politique est pour le moins regrettable, car vous refusez par ce prétexte, de confronter le bilan de votre action à la tête de notre Pays, avec les électeurs du Tahoeraa Huiraatira, ceux-là même qui vous ont portés aux urnes et grâce à qui vous avez accédé aux fonctions de Président de l'Assemblée de la Polynésie en 2013, puis à celles de Président du Pays, en septembre 2014.

   Ce sont eux que vous privez d'un débat public, alors que c'est à eux, que vous devez rendre compte du bilan de votre action.

   Aussi, partant du principe et je vous cite, que "vous auriez souhaité confronter nos bilans et programmes", je me permets de vous solliciter à nouveau, afin de débattre avec vous, sur un plateau télévisé, de votre bilan à la tête de notre Pays, de même que sur les politiques de développement les plus appropriées, qu'il conviendrait de mener, dans le cadre de la prochaine mandature.

   Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations distinguées
."

pied


 

Lettre ouverte au Président de la Polynésie française, 2

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live