Fusillade en Californie: la piste d'un tueur "originaire des iles du Pacifique" ou "polynésien"

faits divers tahiti
fusillade
©D.R.
Est-ce un jeune homme originaire de Tahiti ou d'une autre île du triangle polynésien qui a tué une personne et blessé deux autres sur le campus d'une université de Sacramento, ce jeudi ? La police travaille sur le profil d'un individu "torse nu, en short", qui pourrait être lié à des gangs.
Une bagarre jeudi sur le campus d'une université de Sacramento (Californie), qui a dégénéré en fusillade, faisant un mort et deux blessés, pourrait avoir été liée à des gangs, selon la police qui recherchait toujours le tireur vendredi.
              
Une altercation verbale entre quatre jeunes hommes a dégénéré en bagarre avant que "des armes soient sorties", un couteau et une arme à feu, ont indiqué la police et un porte-parole du Sacramento City College.
              
La victime décédée était un étudiant de 25 ans, Roman Gonzalez, a précisé la police qui "n'exclut pas que des gangs soient à l'origine" de l'incident.
 
Le tireur, décrit comme "originaire d'une île du Pacifique", a fui en voiture le parking du campus où a eu lieu la fusillade, survenue à 16H00 locales (23H00 GMT).
              
L'un des deux blessés, Rico Ridgeway, a été arrêté pour "agression avec une arme létale".
              
Le deuxième blessé devrait sortir de l'hôpital vendredi, d'après un porte-parole de l'université, Rick Brewer.
              
C'est la première fois qu'une fusillade a lieu sur ce campus, où le port d'armes est interdit.
              
Le Sacramento City College a ré-ouvert vendredi.
              
Les fusillades dans des universités et lycées sont fréquentes aux Etats-Unis. Il y en a déjà eu une dizaine cette année. L'année dernière avait été particulièrement meurtrière avec cinq morts dont le tireur dans le lycée Marysville-Pilchuck de l'Etat de Washington (nord-ouest), en octobre, et surtout sept morts et 13 blessés en mai à l'université UC Santa Barbara, entre autres incidents.
              
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live