Grève de l'ADT : le Haut-commissaire hausse le ton

social tahiti
René Bidal
René Bidal ©Haut Commissariat de la Polynésie française
Suite à l'échec des négociations entre la direction d'ADT et les syndicats, le Haut-commissaire, René Bidal, annonce signer, ce lundi 22 mai, des réquisitions afin d'assurer un service minimum.
Par la voie d'un communiqué, René Bidal en appelle à la responsabilité de chacun. Suite à l'échec des négociations entre la direction de l'ADT et les syndicats, le Haut-commissaire a décidé de réagir par voie de presse alors qu'il est en réserve durant cette période d'élections législatives.

En communication avec la direction de l'ADT, selon ses mots, le représentant d'Etat fait part d'une situation de blocage et dénonce sur un ton ferme la situation : "le droit de grève n'a pas comme vocation de prendre en otage l'activité économique du Pays ni d'altérer durablement l'image qui est la sienne sur la première économie : le tourisme; considérant par ailleurs les intérêts vitaux liés à l'insularité de la Polynésie française qui commandernt un service minimum, notamment sur les bvols internationaux, puissent être garant ainsi que les évacuations sanitaires".

Le Haut-commissaire a ainsi décidé de signer de nouvelles réquisitions. Et prévient : "En accord avec le Procureur de la République (...), tous les moyens seront mis en oeuvre pour que ces réquisitions soient respectées et exécutées". En clair, les grévistes qui pourraient être réquisitionnés ne pourront pas refuser. "Le non-respect d'une réquisition est une infraction délictuelle punie d'une amende de 1.2 millions de Fcfp", rappelle René Bidal.

Le Haut-commissaire avait déjà dû faire des réquisitions au début de la grève à l'ADT, mais certains grévistes alors réquisitionnés s'étaient mis en arrêt maladie. Un comportement dénoncé par le Haut-commissaire qui, encore une fois, prévient : "Outre les actions menées par la CPS, je me réserve l'initiative des voies et moyens qui me permettent, directement ou indirectement, d'engager des procédures à l'encontre des médecins qui effectueraient des certificats de complaisance".

Les négociations entre la direction d'ADT et les syndicats sont pour l'heure au point mort.

Retrouvez le communiqué intégral ci-dessous :

Communiqué



Les Outre-mer en continu
Accéder au live