Un homme jugé pour frapper sa compagne de 17 ans

justice tahiti
violence conjugale
©D.R
Un homme de 19 ans a comparu, jeudi 30 janvier, pour violences conjugales envers sa compagne mineure. Depuis le début de leur relation, les coups sont réguliers. Fumeur et consommateur d'alcool, le prévenu a demandé pardon à sa vahine à la fin de l'audience. 
Les faits remontent au 27 janvier. Il est 5h45 du matin lorsque les gendarmes interviennent au domicile d'un couple à Mahina.

L'homme et la jeune femme se disputent pour un problème de cigarettes. Le compagnon donne un coup de tête sur le front et des coups de poing aux visages de sa vahine. C’est la mère du prévenu qui alerte les gendarmes. Ce n'est pas la première fois que la jeune fille, âgée de 17 ans et scolarisée en classe de 1ère à Taaone, est victime de la violence de son compagnon. 

Le couple est ensemble depuis deux ans. Les premiers coups commencent dès le début de leur relation. Des violences qui interviennent une fois par semaine pour n'importe quelles raisons. La jeune fille, atteinte de RAA qui a déjà subi deux opérations au cœur, n’a jamais déposé plainte.

 "Je l’aime quand il est gentil mais j’ai peur quand il se fâche. Je ne veux pas porter plainte, je ne veux pas qu’il ait des problèmes. Je veux quitter le domicile conjugal." La victime est originaire des îles, ses parents ne vivent pas à Papeete. Selon les témoignages de la famille du prévenu chez qui ils vivent, l'homme est violent et arrogant, il n’a jamais rien à se reprocher.
 

"Je veux demander pardon"


Dans cette affaire, le procureur a sollicité l’APAJ, l'association polyvalente d'actions judiciaires, pour représenter la victime. Il a également saisi le juge des enfants afin que des mesures soient prises."Pourquoi vous lui donnez des coups ?" a demandé le juge lors de l'audience, ce jeudi, au prévenu. Réponse : "parce que je suis fâché". "Comment vous envisagez la suite ?" interroge alors le magistrat. "Je ne peux plus. Je ne veux pas continuer comme ça", répond l'homme, qui est un consommateur d'alcool surtout le week-end et du paka deux à trois fois par semaine. Il fume depuis l’âge de 16 ans et a arrêté l’école en classe de 1ère "parce que je voulais travailler". Son casier judiciaire est vierge.

La partie civile a demandé au tribunal d’entrer en voie de condamnation et 300.000 cfp de dommages et intérêts. Étant donné son jeune âge et afin de l'aider s’insérer socialement, le procureur a suggéré d’envisager huit mois de prison assortis d'un suivi et d'une mise à l’épreuve. Une obligation de soins et un travail d'intérêt général ont également été requis. Après les réquisitions, le prévenu a souhaiter "demander pardon à ma copine". 


Une peine éducative 


Maître Loris Peytavit, l'avocat de l'APAJ qui représente la jeune victime, estime que cette peine serait une peine éducative "qui permet d'avoir un suivi" du condamné. 
 

Interview


Quant à la maman du prévenu, elle espère que les deux nuits passées à Nuutania a servi de leçon à son fils. "Je me mets à la place de cette fille (...), j'aimerais pas qu'on traite mes filles comme ça", a confié cette mère de famille à la sortie de l'audience. 
 

Interview

Les Outre-mer en continu
Accéder au live