L'agresseur était le voisin déséquilibré

justice tahiti
Agresseur déséquilibré
©@Axelle Mésinèle

Une affaire d’agression sexuelle sur mineure de plus de 15 ans, a été jugée, ce mardi 09 février, devant le tribunal correctionnel. L'auteur souffre de problèmes neurologiques.

Ce 30 octobre 2017, la jeune fille qui revient de la boutique où elle a acheté du pain, passe devant le portail de son voisin. Il lui demande de s’approcher, et une fois qu’elle est près de la barrière, il saisit son sac et part avec vers sa maison. Elle lui court après pour récupérer son bien. Il lui assène alors un coup à la nuque. L’adolescente est sonnée. Il en profite pour la tirer vers son habitation et baisser le short et la culotte de la victime. Il la viole. Quand elle revient à elle, et se rend compte de ce qui se passe, elle le frappe et s’enfuit.

L’affaire est particulière car l’auteur qui était planton dans une caserne de pompiers est, depuis un accident de moto, très perturbé. Il souffre d’une maladie neurologique dégénérative. Il a des pertes de mémoire, il est victime de délire et il est désinhibé sexuellement. Il a d'ailleurs une autre version des faits, la jeune fille est venue voler chez lui avec 2 garçons qui ont réussi à s’échapper. Il a décidé de punir celle qui n'a pas pu s'enfuir. " Je fais la loi chez moi " dit-il aux magistrats.

Risque de récidive important

 

Pendant l’audience devant le tribunal correctionnel, l’homme est agité, son discours n’est pas cohérent. Il ne se rappelle pas avoir violé l’adolescente. S’il a pris son sac c’est parce qu’il pensait qu’elle avait du paka dont il est friand. Il aime aussi l’alcool. Cet ancien champion de boxe est sous tutelle, celle de sa fille et de sa femme. Une femme qui reconnait qu’il n’est pas facile de vivre avec cet homme perturbé. Les experts ont estimé que le risque de récédive était important.

Considérant que son discernement était altéré, le tribunal correctionnel a condamné le prévenu à 3 ans de prison avec sursis probatoire de 3 ans, il devra se soigner, indemniser la victime, ne pas entrer en contact avec elle, venir à son domicile. Il lui est désormais interdit de porter une arme et d’exercer une activité professionnelle en relation avec des mineurs. Le prévenu est inscrit au fichier des délinquants sexuels. Il devra, en outre, verser 1,8 millions de francs à la victime pour dommages et intérêts.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live