La Polynésie recevra la course océanique "Globe 40 - La Grande Route"

voile tahiti
Tour du monde GLobe 40
©Présidence
Le parcours de 30 000 milles compte 8 étapes avec un départ en juin 2022 de Tanger et une arrivée en France, 9 mois plus tard. Après l’étape d’Auckland et avant celle d’Ushuaia, la course s’arrêtera 3 semaines à Papeete.

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a reçu Manfred Ramspacher, directeur de Sirius Event, organisateur de la première édition de la course océanique autour du monde "Globe 40 - la Grande Route" qui se déroulera en 2022. Il était accompagné de Robin Mauvais, chef de projet, ainsi que de Stéphanie Betz, mandaté par les organisateurs comme référente locale.

Le parcours de 30 000 milles compte 8 étapes avec un départ en juin 2022 de Tanger et une arrivée en France, 9 mois plus tard. Après l’étape d’Auckland et avant celle d’Ushuaia, la course s’arrêtera 3 semaines à Papeete. Cette étape est la grande nouveauté puisque les courses de grand large rallient habituellement directement Auckland à Ushuaia en naviguant uniquement au sud par l’Antarctique. 12 équipages sont d'ores et déjà inscrits à cette course à la voile autour du monde.  

"La Globe 40 se veut être un Tour du Monde accessible aux amateurs éclairés comme aux skippers de métier, un Tour du Monde qui allie à la fois la performance sportive, l’aventure et le voyage, un Tour du Monde dont le parcours s’écarte des schémas traditionnels et offre des étapes inédites, un Tour du Monde sur un support accessible sportivement et financièrement. Au-delà de l’aspect sportif, je souhaite revenir aux valeurs de découverte qui sont le propre de la navigation de grand large en privilégiant les connexions avec la culture et les populations", a expliqué Manfred Ramspacher.

"L’arrivée de cette course internationale à Tahiti en Novembre 2022 est une belle opportunité de valoriser la destination Tahiti et ses îles comme escale de choix pour les courses autour du monde, de véhiculer à nouveau une image positive du nautisme en Polynésie, ainsi que de pouvoir gagner en compétence et en expérience sur l’organisation d’une arrivée de course et d’un village de la course", a indiqué pour sa part Stéphanie Betz.