publicité

Le DPNI bientôt remboursé par la CPS

Depuis le mois de juillet 2014, l'hôpital de Taaone est un des rares hôpitaux publics français a proposé le DPNI, le dépistage prénatal non invasif

Roselyne et le DPNI © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Roselyne et le DPNI
  • Lai Temauri / Hélène Harté
  • Publié le , mis à jour le
Avec le DPNI, une simple prise de sang, fini le risque de fausse couche lié à lamniocentèse . Le risque de perte foetale est d'un sur cent.
Le DPNI bientôt remboursé par la CPS
Le DPNI bientôt remboursé par la CPS

Chaque année, 250 futures mamans éviteront l'amniocentèse et au delà du risque de fausse couche, les coûts financiers sont très intéressants pour un territoire comme la Polynésie Française. Le DPNI, c'est le bébé du docteur Beaumont, chef su service gynécologie du CHPF. Il s'est battu pour imposer le test à l'hôpital. Il est interrogé par Hélène Harté et Jérome Lee :
Le DPNI bientôt remboursé par la CPS
interview taote Etienne Beaumont, chef du service gynécologie du CHPF
Reste que le CHPF est allé plus vite que la CPS. Le DPNI n'est toujours pas remboursé par la caisse. C'est donc l'hôpital qui le prend en charge sur son budget. Un budget amputé de 600 millions de francs pacifiques, cette année.
Une situation qui selon la CPS devrait être régularisée d'ici 2 à 3 mois. Tous les détails avec Hélène Harté et Jérome Lee dans votre journal télévisé.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play