Le drame du Taporo 8 relance la question de la sécurité sur les goëlettes

santé tahiti
Le drame du Taporo 8 relance la question de la sécurité sur les goëlettes
©Polynésie la 1ere

La question de la sécurité lors des débarquements des goëlettes ressurgit après le décès accidentel d’un marin lors d’une manœuvre sur le Taporo 8.  

Mercredi 17 mars, un drame a endeuillé une famille de Raivavae... Manu Flores, marin à bord du Taporo 8, est décédé accidentellement pendant une manoeuvre au large de Hereheretue. Selon les derniers éléments, un conteneur aurait heurté sa tête. La question de la sécurité lors des débarquements des goëlettes est clairement en jeu ici.

Averti de ce drame, Mahinui Temarii, secrétaire général du Rassemblement des travailleurs polynésiens, explique qu'il y a encore beaucoup trop d'accidents notamment sur les ports. "Cela fait 49 ans que je travaille sur le port, et ça fait 49 ans qu'il n'y a pas de sécurité sur le port", dit-il. "Le Pays et l'inspection du travail nous regardent à chaque fois qu'on travaille sur les débarquements de conteneurs. Il y a beaucoup de choses à mettre en place pour nous protéger en tant que dockers permanents de l'entreprise, mais on ne regarde pas les goëlettes".

 

Le drame du Taporo 8 relance la question de la sécurité sur les goëlettes
©Polynésie la 1ere

Mercredi à bord du Taporo 8 ancré au large de Hereheretue, Manu Flores, marin de 42 ans et père de famille, a malheureusement été mortellement touché par un conteneur lors d'une manoeuvre. La population de l'île a été très touchée car elle le connaissait bien et l'appréciait beaucoup.

A Tahiti également, ce drame a touché les gens du métier. "On m'a mis au courant...et ça me fait mal", déclare Mahinui Temarii, "en 2012 il y a eu les 2 décès, et ça me fait mal car ce sont nos enfants. Même mon fils est tombé d'un conteneur, et il a des séquelles aujourd'hui. Et rien n'a été fait par le Pays".                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Le drame du Taporo 8 relance la question de la sécurité sur les goëlettes
Mahinui Temarii travaille depuis 49 ans sur le port. ©Polynésie la 1ere

                                                                                                                                                                                                                                        

Mahinui Temarii

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Heimana Salem, capitaine du Maris Stella, une goëlette, évoque les consignes de sécurité données à l'équipage avant chaque déchargement. "Il faut toujours  lever la tête, ne pas rester sous les marchandises, ne pas être entre elles et la coque du navire...il faut éviter les moments d'inattention".

Ecoutez-le, il est au micro d'Eva Raapoto et de Corinne Tehetia :

Heimana Salem

                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Les Outre-mer en continu
Accéder au live