publicité

Le Japon s'expose à la mairie de Papeete

Pour la sixième édition, et après onze ans d'absence, le festival du Japon revient à Tahiti pour s'installer à la mairie de Papeete du 7 au 10 avril. Démonstrations, expositions, concert de musique...Durant trois jours, le public pourra découvrir la richesse de la culture japonaise. 

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère
  • polynesie1ere.fr
  • Publié le , mis à jour le
Après onze années d'absence, le festival du Japon revient en Polynésie française. Du 7 au 10 avril, de 9h30 à 18h, 35 artistes japonais, musiciens, peintres, danseurs et chanteurs, se produiront durant trois jours dans les locaux de la mairie de Papeete mais aussi dans un restaurant de la place le Fuji ainsi qu’à l’hôtel Le Méridien de Punaauia, à Tahiti.

A l'origine de cette manifestation ? L'agence de voyage South Pacific Tours. Pour l'occasion, cette dernière a réussi à rassembler pas moins de 153 objets de valeurs : des tableaux en céramique, des peintures, des bijoux, des photos…

La cérémonie d'ouverture a eu lieu hier, mardi 7 avril. 

Les images de la première journée 
fesitval japon

Depuis hier, de nombreux visiteurs, des Japonais comme des Polynésiens, ont répondu présents à l'événement. Parmi eux, Adrien Lombard, un passionné d’art.

Écoutez le témoignage d'Adrien Lombard, interrogé par notre journaliste Noella Tau

(F) ADRIEN LOMBARD - FESTIVAL DU JAPON.mp3


Lors de cette première journée du festival, des démonstrations ont eu lieu à la mairie de Papeete : 

Le koto (箏 en japonais, ou 琴 en japonais classique)

Le koto un instrument de musique à cordes pincées utilisé en musique japonaise traditionnelle, notamment dans le kabuki et le bunraku. Originaire de Chine (gŭzhēng), il fut introduit au Japon entre le VIIe siècle et le VIIIe siècle et était joué principalement à la Cour impériale ; l'usage s'en est ensuite démocratisé.
© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère


Le kokyū (胡弓) 

Le kokyū est une vièle japonaise rare, proche de l'erhu. C'est le seul instrument japonais doté d'un archet. De taille variable, sa longueur moyenne est d'environ 70 cm. Il peut avoir deux, trois, ou quatre cordes. Le kokyū à trois cordes, originaire de Chine, fait son apparition à Edo vers 1720 ; celui à quatre cordes, plus tardivement dans le siècle. Les cordes passent sur un chevalet très mince et assez haut. L'instrument, qui repose sur une pique, doit être basculé autour de cet axe, de manière à présenter les cordes à l'archet.

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère

Ces deux démonstrations ont rencontré un franc succès, d'autres suivront durant les prochains jours du festival. Et, au programme de ce mercredi 8 avril, l’ouverture de l’exposition sur le pays du soleil levant mais aussi un spectacle musical de "Koto" et "Kokyu" à midi au Restaurant Japonais "FUJI" et, à 19h00, le spectacle musical se déplacera au Méridien de Punaauia.. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play