publicité

Le tribunal administratif donne raison à Viti contre l'OPT

Depuis plusieurs années, Viti dénonçait la situation dans laquelle l’OPT décide des tarifs d’interconnexion que doivent pratiquer les concurrents de sa filiale, Vini. Ce mardi, le tribunal administratif a annulé un arrêté du conseil des ministres fixant à 3500 FCP/Mbits ce tarif.

© OPT / VITI
© OPT / VITI
  • Pierre Emmanuel GAROT
  • Publié le , mis à jour le
Pour ​Mario Nouveau, directeur de Viti, c'est une satisfaction, "la convention qui lie les intervenants dans ce domaine ne doit pas comporter de marges. Entre opérateurs, on doit traiter à prix coûtant. A 3500 FCP/Mbits, l'OPT dégageait encore 30% de marge ! Nous étions à 3000 FCP en 2012, on se rapproche du prix acceptable".

Comment en est-on arrivé là ?

Devant le Tribunal Administratif, Viti a dû "argumenter que le contrat de base était une interconnexion entre opérateurs, pas une relation d'opérateur à particulier". Les prix ont joué au yoyo depuis 2011, quand l'OPT avait fait fixé le prix à 16500 FCP/Mbits, prix ramené à 3000 FCP par le Pays mais ensuite revu finalement par l'OPT à 12 000 FCP. C'est cet arrêté qui a été attaqué avec "injonction de recalculer le tarif". Viti a marqué le dernier point en attaquant à nouveau le dernier tarif d'interconnexion fixé à 3500 FCP.

Reste à savoir si l'OPT fera appel. Rien ne devrait changer pour les tarifs des abonnés de Viti qui capitalise d'ores et déjà 12 000 abonnés et vise le seuil de rentabilité au delà des 15 000 clients.  

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play