Le zika attaque les cellules du cerveau

zika tahiti
microcéphalies
Le virus zika attaque les cellules cérébrales et entraîne leur destruction.
Des chercheurs américains viennent d'en faire la démonstration in vitro : le virus du zika infecte les cellules cérébrales. Une étude qui tend à confirmer la responsabilité de ce virus dans les cas de microcéphalies (bébés nés avec une tête trop petite).
640 cas de microcéphalies confirmés au Brésil. 5 en Polynésie, dont 3 enfants nés.
Le responsable est de plus en plus montré du doigt : le virus zika.
Des chercheurs américains viennent de démontrer que le virus affecte les cellules du cortex cérébral. L'article a été publié aujourd'hui, vendredi 4 mars, dans la revue médicale Cell Stem Cell.
Selon ces scientifiques, le virus entraîne la mort des cellules cérébrales ou affecte leur croissance. Ils l'ont retrouvé dans le liquide amniotique de femmes portant des bébés microcéphales et dans le tissu cérébral d'enfants morts-nés. Les tests ont démontré que le virus se développe davantage dans les cellules du cortex que dans les autres.
Mais cette étude américaine présente certaines limites et cela reste encore une hypothèse. Une étude épidémiologique plus précise est en cours, avec les équipes médicales de Polynésie française. Les résultats devraient être publiés d'ici quelques semaines.

La microcéphalie est un périmètre crânien très en-dessous de la moyenne chez le nouveau-né, entraînant des troubles neurologiques graves : pas ou peu de contact, incapacité à ramper ou marche, souvent aveugle et sourd. L'enfant reste grabataire.

Le virus zika est également responsable de troubles neurologiques graves, tels que le syndrome de Guillain-Barré. Il y en a eu 42 cas en Polynésie, lors de l'épidémie de 2013-2014.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live