Législatives : non-cumul des mandats

élections tahiti
loi non cumul des mandats
©Polynésie 1ère
A l’Assemblée Nationale, près d’un député sur quatre est aussi maire ou président d’un exécutif local. La proportion est la même dans les Outre-mer. L’application de la loi sur le non-cumul des candidats obligera désormais certains candidats à choisir. 
La nouvelle Assemblée Nationale qui sortira des urnes le 18 juin, au soir du second tour des élections législatives, sera une Assemblée très renouvelée.

En cause : l’application de la loi sur le non-cumul des mandats qui interdit de cumuler un mandat de parlementaire et un exécutif local.

A l’Assemblée Nationale, près d’un député sur quatre est aussi maire ou président d’un exécutif local. Et la proportion est la même dans les Outre-mer. En Polynésie, Nicole Sanquer, élue Tapura à l'Assemblée de Polynésie, ministre de l'Education et candidate à la députation, devra donc choisir.

Les explications de Serge Massau :

loi non cumul des mandats