publicité

Menace de grève dans le bâtiment

Menace de grève dans le bâtiment, après le dépôt d'un préavis qui concerne d'une part la direction de l'Equipement et d'autre part, six entreprises privées locales. Si aucun accord n'est trouvé d'ici le 21 août, la grève sera effective dans les subdivisions de l'Equipement et sur certains chantiers.

© Polynesie 1ere
© Polynesie 1ere
  • LGT
  • Publié le , mis à jour le
Menace de grève dans le secteur du bâtiment, après le dépôt d'un préavis par l’intersyndicale CSTP-FO, CSIP, O oe to oe rima, Otahi et le Satep, le syndicat autonome de l'équipement. Il concerne d'une part six entreprises privées du secteur : JL Polynésie, Fiumarella, Poly Goudronnage, Bernard Travaux Polynésie, JB Lecaill et Interoute.
Trois entreprises (Poly Goudronnage, JL Polynésie et JB Lecaill) préparent un plan social, avec le licenciement prévu de 18 personnes. Les syndicats réclament le paiement des arriérés de salaires et le reclassement du personnel, pour éviter des licenciements secs. Dans les autres entreprises, l'intersyndicale demande notamment une augmentation salariale, la mise en place d’une commission paritaire relative aux recrutements, ou encore un 13ème mois.

Préavis de grève également à la direction de l'équipement. L'intersyndicale demande une égalité de traitement entre agents fonctionnaires et les agents non fonctionnaires de l’administration.
Elle réclame aussi la mise en place d’une indemnité pour le travail de nuit ou encore la prise en compte l’ancienneté pour les départs à la retraite.

Le conflit pourrait être effectif mercredi 21 août dans les subdivisions de l'équipement de Tahiti et des îles, mais aussi sur certains chantiers, si aucun accord n’est trouvé d’ici là.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play