Nucléaire : à 32 ans, Hina est atteinte d'une leucémie

nucléaire tahiti
Hina Cross / nucléaire
©Polynésie la 1ère
Hina Cross a 32 ans. La jeune femme est atteinte d’une leucémie dépistée alors qu’elle n’avait que 24 ans. Depuis, Hina vit dans l’angoisse car elle est maman d'un petit garçon de 9 ans.

Hina est l’autre visage des conséquences des essais nucléaires, car elle ne voit pas d’autre raison au mal qui la ronge : une leucémie qui a tout bouleversé. "Elle me bouffe physiquement. Je n'ai pas la même vie qu'une autre maman, c'est ce qu'il y a de plus dur", confie la jeune femme. 

Très jeune encore, titulaire d’un masters en droit, elle est devenue mère un an avant que sa maladie ne soit détectée. Elle n’a pas encore constitué un dossier d’indemnisation, découragée par la paperasse. "Je télécharge mon dossier du CIVEN et là je tombe nez à nez avec un parcours du combattant ! Même moi qui pourtant ai fait des études, j'ai commencé à lire tous les papiers qu'il fallait réunir, et j'avoue et regrette de le dire : je n'ai pas réussi à réunir tous les papiers".  

 

"Quand je sais que la plus belle chose de ma vie est lorsque je suis devenue maman, de me dire que certaines personnes ne veulent pas devenir parent de peur de faire des enfants malades, c'est terrible ! "

Hina Cross

 

Mais rien ne viendra à bout de sa détermination : elle se battra pour elle et pour les autres qui sont persuadés d’avoir été les victimes des essais nucléaires. "Il y a beaucoup trop de poudres aux yeux et de blabla politique. Moi, j'aimerais du concret, que les dossiers d'indemnisation soit plus accessibles et plus simples". 

Hina suit un traitement à vie. Mais ce n’est pas le plus dur : "les crampes que j'ai souvent la nuit, je m'endors de souffrance. C'est très dur moralement". Au cours de cette interview, le mot le plus utilisé sera "tristesse". Tristesse pour tout ce gâchis. "Quand je sais que la plus belle chose de ma vie est lorsque je suis devenue maman, de me dire que certaines personnes ne veulent pas devenir parent de peur de faire des enfants malades, c'est terrible ! "

La jeune femme qui boit un litre et demi de café par jour a quand même des projets : notamment celui de créer une fondation pour venir en aide à tous ceux qui ont été affectés par les essais nucléaires.