A Paea, le ramassage des encombrants a repris

environnement paea
Ramassage encombrants Paea
©Polynésie la 1ere/IT
Un temps perturbé par les restrictions sanitaires, le ramassage des encombrants reprend cette semaine à Paea. Il va durer jusqu'au 14 octobre. L'occasion pour les habitants de se débarrasser des déchets volumineux afin de ne pas les laisser traîner chez eux ou sur les bords de route.

C’est une des conséquences du covid ! Le ramassage des déchets a été perturbé pendant la crise sanitaire.

Dans les communes, les mairies ont été obligées de se réorganiser pour répondre aux urgences, avec des personnels de la voirie parfois touchés par le virus.

A Paea, par exemple, le ramassage des encombrants a repris ce matin. Ce qu’on appelle par encombrants, ce sont les meubles en bois, en ferraille, les ordinateurs, téléviseurs etc.

Ramassage encombrants
©Polynésie la 1ère/IT

 

Le ramassage s’est fait en deux fois. D'abord du 5 au 14 septembre, de la mairie jusqu'au quartier de Papehue. 90 tonnes de déchets et encombrants avaient été ramassées. Cette semaine, c’est du 5 au 14 octobre sur l’autre partie de la commune, c’est-à-dire de la mairie à la grotte Mara'a.
Ensuite les encombrants sont amenés à Punaru'u, sauf pour les objets électroniques qui sont stockés à la voirie. Là, c’est la société Fenua ma qui vient les récupérer.

Pour le ramassage d’aujourd’hui, 2 Case et 4 camions sont nécessaires ainsi qu'une quinzaine de personnels de la voirie.

Une de nos équipes s’est rendue ce matin sur place pendant que les agents de la commune étaient en pleine action.

Les précisions de Teriitehau Tau, chef adjoint de la voirie au micro d’Ismael Tahiata :

Teriitehau Tau

 

Ecoutez la réaction d'un habitant de Papara, plutôt mécontent du traitement des déchets dans sa commune :

Habitant de Papara

 

Dans la commune de Paea, le ramassage des encombrants se fait le mardi et le jeudi. Les lundi, mercredi et vendredi, c’est au tour des déchets ménagers, avec les fameux bacs verts et bacs gris ! 

Ramassage encombrants
©Polynésie la 1ère/IT