Le marché de Papeete en temps de Covid 19

coronavirus papeete
le marché de Papeete en temps de Covid-19
©Polynésie la 1ère
Comment faire vivre une institution comme le marché de Papeete en ces temps de Covid désormais bien installé ? Pas question à priori de fermer, ni même de restreindre l'accès, mais des solutions sont à l'étude. Le marché est aussi un lieu de rencontres où les opinions s'expriment... Reportage.
Ce dimanche était un dimanche test pour la ville et les responsable du marché de Papeete. Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les lieux publics, sans exception. Une règle qui est appliquée par le marché de Papeete depuis jeudi 13 août.

D’abord clairsemée, la foule s’est densifiée vers 6h30. Difficile dans ces conditions de garder ses distances, mais le port du masque est général avec quand même quelques petites exceptions. Le dimanche, il y a aussi des étals dans les rues adjacentes, d’où une sécurité renforcée pour veiller au respect des règles et une réflexion en cours sur le futur proche du marché.

"L'objectif est de continuer l'activité (...) Dès lundi matin, nous faisons le point sur le déroulement de la journée. Il est vrai que certaines personnes ont oublié leurs masques, nous avons prévu des masques à leur disposition",  explique Vaihere Tehei, directrice du marché.
 
©polynesie

Ce matin, Teva Tabanou, responsable de la sécurité du marché, a observé que les gens sont, de manière générale, compréhensifs et écoutent les consignes. "Les gens sont assez respectueux du masque", confie l'homme.
 
©polynesie

A l'intérieur de l'établissement, il y a incontestablement diversité dans les ressentis et les analyses de la situation. Matahi est vendeur de poissons. Même si le masque n'est pas toujours très agréable et facile à porter sur le visage durant des heures, il est important pour lui de le garder afin de se protéger et protéger les autres. 
 
©polynesie

Parmi les visiteurs, les propos sont vifs de part et d’autre, entre partisans et opposants au port du masque et chez ceux qui regrettent l’ouverture des vols internationaux. 
 
©polynesie

Comme l’activité économique du marché doit subsister, il serait plutôt envisagé d’instaurer des sens de circulation, plutôt que des restrictions sur le nombre de personnes autorisées à l’intérieur. Restera la situation dans les rues autour, plus complexe à organiser...     
Les Outre-mer en continu
Accéder au live