polynésie
info locale

Les pesticides vont-ils être interdits en Polynésie française ?

pollution tahiti
insecticide / magasin
©Polynésie la 1ère
Alors que la population d'abeilles a chuté de 80% en moins de 30 ans en Europe, l'Union Européenne vient de décider d'interdire l'utilisation de trois pesticides. Les apiculteurs de Polynésie militent afin que cette nouvelle la loi s'applique également au fenua. 
Le bilan est lourd : en 30 ans, la population d'abeilles a chuté de 80% en Europe. L'Union Européenne a donc décidé d'interdire l'utilisation de trois pesticides : 3 néo nicotinoïdes. Cette loi devrait s'appliquer dès le mois de septembre dans l'hexagone. 

Ces produits sont jugés dangereux pour les abeilles et le miel qu'elles produisent. 300 apiculteurs bretons ont organisé une marche, le 30 avril, pour que cette décision s'applique à d'autres insecticides en France. "Cet hiver, au moins 20 000 colonies sont mortes en Bretagne. Une véritable hécatombe comme on n’en a jamais connu ", a déclaré le syndicat des apiculteurs professionnels de Bretagne dans un communiqué.

Qu'en est-il de la situation en Polynésie ? 


Les apiculteurs du fenua réclament l'extension de la loi en Polynésie. "Les pesticides sont avant tout un enjeu de santé publique (...) Les mesures qui se prennent en Europe ne sont pas forcément suivies", regrette Raiarii Crawford, apiculteur, qui a déjà retrouvé des tapis d'abeilles mortes dans ses ruches. En 2017, un quart des 450 pesticides interdits en Europe étaient utilisés au fenua. .

Sur les trois insecticides visés deux sont actuellement en vente en Polynésie. Certains sont néanmoins réservés aux professionnels. "Il y a des règles à respecter", confie Ignace Peterano, technicien phytosanitaire. Si beaucoup regrettent le manque d'interdictions de certains insecticides, des solutions existent. "On a tout un panel de bio pesticides qui sont à base de plantes, de substances naturelles, de minéraux, etc.,qui sont extrêmement efficaces", explique  Gilles Tehau Parzy, expert en agriculture biologique. 

Reportage

©Polynésie la 1ère


Publicité