polynésie
info locale

Et si on disait "STOP" à la violence dans le couple ?

violence tahiti
Embrasse-moi si tu m'aimes - clip Vahine orama
©Vahine Orama
Il y a quelques semaines, le clip "Embrasse-moi si tu m'aimes" faisait le buzz dès sa publication sur internet. Une vidéo réalisée à l'initiative de l'association Vahine Orama, pour parler des violences conjuguales... Un sujet d'actualité en cette Journée internationale des droits des femmes.

"DITES STOP A LA VIOLENCE !"

Un message simple adressé aux femmes victimes de violences dans leur couple : parlez !
Parlez-en, brisez le silence, agissez pour sortir de la spirale infernale.

Un message malheureusement toujours d'actualité, puisque chaque année ce sont plus de 1200 femmes qui sont victimes de violences conjuguales, soit en moyenne plus de 3 femmes frappées... chaque jour de l'année !

En cette Journée internationale de la femme, rappelons les messages essentiels, partageons ce clip sur nos murs :




Les paroles de la chanson


REFRAIN
Tu sais on voudrait juste
être aimées
mais pas avec des coups
ni toute cette jalousie, non
on voudrait être aimées
ô vahine
dis stop à la violence
qu’on soit toutes respectées.

COUPLET 1
Ma soeur, il ne faut plus que tu aies peur
ne vis plus dans la douleur, je n’veux plus te voir pleurer…
Ecoute-moi ma soeur, il faut pas que t’ai honte tu sais
je suis là pour t’écouter, il faut plus qu’tu restes seule.

COUPLET 2
Elles sont nos mères, nos soeurs, nos filles, nos femmes
l'origine du monde, oui celles qui donnent la vie et ça
devrait déjà suffire pour n’leur donner que d’l'amour
et pas de la violence, toute cette souffrance et toutes ces peines qu’elles encaissent chaque jour.
Emancipées, chef d'entreprise ou mères au foyer,
elles restent fragiles, ont besoin qu’on les aime et qu’on les protège
souviens-toi les premiers jours tu l’appelais chérie
comprend-la, respecte-la, embrasse-la et dis lui « je t’aime".

COUPLET 3
i teie nei, ‘ua tama oia i to roimata
‘ua faarue tei herehia
i teie nei,  te ‘oa’oa nei oia
no te mea ‘ua matara ‘oia
(à présent, elle a séché ses larmes
elle a laissé tomber son bien-aimé
à présent, elle est heureuse
car elle a pris son envol)
Publicité