polynésie
info locale

La Polynésie française va avoir sa « silicon valley » de l’aquaculture

agriculture Tahiti
aquaculture
©DR
Le projet de construction de la zone biomarine de Faratea se précise. Un appel à concurrence vient d’être lancé. Les entreprises ont jusqu’au 24 avril pour y répondre.
La zone industrielle de Faratea située dans la baie de Faaone était censée devenir un port international puis un hub de pêche pour le Pacifique sud. Mais les projets de Gaston Flosse n’ont jamais vu le jour, et le site avait, depuis, été laissé à l’abandon. Il est aujourd’hui promis à une reconversion certaine. Sa future vocation : être la « silicon valley » polynésienne de l’aquaculture.

Le projet de zone biomarine a été lancé en mai 2016 par le gouvernement Fritch en concertation avec les producteurs, les porteurs de projet et les investisseurs. Cette fois, le projet est bien sur les rails et le Pays cherche son maître d’œuvre. Un appel à concurrence vient d’être lancé. Les entreprises ont jusqu’au 24 avril pour répondre à l’avis d’appel public à la concurrence pour la maîtrise d’œuvre du projet. Cinq projets sont pour le moment sélectionnés. Les travaux devraient démarrer l’an prochain et les premières productions sont prévues dans 2 ans.
 

Création de 65 emplois directs


Dans les futurs bassins d’écloserie, des crevettes, des paraha peue et autres poissons du lagon mais aussi des tilapias, bénitiers, et des larves d’insectes pour alimenter ce petit monde. 1 milliard 8 de Fcfp a été prévu au budget du Pays. Le projet prévoit la création de 65 emplois directs et 130 à 200 indirects.

Le premier avantage de cette zone biomarine est, pour les professionnels, avant tout le foncier, principale problématique pour eux. C’est  aujourd’hui 33 hectares de parcelles viabilisées d’un coup qui leur sont proposés par le Pays. Le second atout est la mutualisation des moyens. Le Pays va mettre à leur disposition des équipements structurants comme par exemple les stations de pompage ou de traitement des eaux usées. Un pôle de recherche marine devrait aussi voir le jour sur le site en collaboration avec le pôle mer de métropole.
Publicité