ADT : des salariés inquiets de la concession de l'aéroport de Faa'a

transports polynésie française
619726190f7a0_jt-adt-aeroport-faaa-salaries-en-colere-v2-pad-frame-97.jpg
Aéroport de Tahiti-Faa'a ©Polynésie La 1ère
Les travaux prévus à l'aéroport de Tahiti-Faaa ne sont pas près d'être achevés. Trois opérateurs se disputent le marché de la concession, dont le français Vinci, mais après l'annulation par le tribunal administratif de l'attribution à Egis, filiale d'ADT, les cartes seront rebattues. La CCISM, à l'origine du référé, propose, elle, un projet de totale reconstruction. En attendant, les salariés s'impatientent.

La concession aéroportuaire de Tahiti... Un feuilleton à rallonge et un marché juteux, convoité par plusieurs opérateurs depuis bien longtemps. Après trois annulation d’attribution prononcées en 2010, 2017 et 2021 par la justice administrative, l’inquiétude gagne aujourd’hui les salariés d’ADT. "Notre souci est que par rapport au projet tout ça sera bloqué : au niveau des salariés et matériaux dont on a besoin. Si cela va en cassation, ça va être beaucoup plus long et donc c'est ce que nous, salariés, nous craignons", explique Marc Taputuarai, délégué syndical CSTP-FO chez ADT. 

Egis, filiale d’ADT à qui le marché avait été attribué prévoyait des grands travaux à hauteur de 26 milliards Fcfp. De son côté, la CCISM, à l’origine du recours en référé, ambitionne, via son projet Ti’a, une capacité d’investissement de 30 milliards de Fcfp. "Se donner un outil de développement économique pour le pays, c'est pour cela qu'on s'est porté candidat à cette concession. C'est aussi se donner un aéroport avec toutes les normes, et un aéroport qui va être la porte d'entrée du fenua", confie Stéphane Chin Loy, directeur de la CCISM.

L'objectif du Pays : le développement économique 

Le Pays, détenteur de 49% du capital de la concession, est partie prenante dans ce marché mais ne se prononce pas pour un opérateur en particulier. Son leitmotiv : le développement économique… "Je n'ai pas de position à prendre. Tout ce qui m'intéresse c'est que l'investissement soit au rendez-vous de manière à relancer notre économie, à remettre sur les rails l'emploi", estime Yvonnick Raffin, ministre de l'Économie. 

Deux pourvois en cassation sont déposés devant le conseil d’Etat, celui de l’Etat et celui d’Egis, avec un enjeu non négligeable : la concession qui sera attribuée sur 40 ans pour une valeur totale estimée à 155 milliards de Fcfp. 

©polynesie