Attribution de la gestion de l'aéroport : la CCISM va contester la décision de l'Etat

transport aérien polynésie française
CCISM contre Vinci Airports
La décision d'attribuer la concession à Vinci Airports ne convient pas du tout à la CCISM, elle même candidate à la reprise de gestion. ©Polynésie la 1ère
Mécontents d'avoir été écartés de l'attribution de la concession de l'aéroport de Tahiti-Faa'a, les responsables de la CCISM entendent ne pas en rester là. Ils ont décidé de déposer un recours contre la décision de l'Etat d'avoir désigné Vinci Airports comme attributaire. Ce qui risque de retarder la gestion par Vinci.

Après la société EGIS, c’est désormais Vinci Airports qui reprendra les commandes de l’aéroport de Tahiti-Faaa vers la fin du 1er semestre 2023.
L’Etat a jugé l’offre de cet opérateur global à la hauteur des enjeux économiques et touristiques du fenua.
Une douche froide pour la CCISM qui s’était portée candidate à la succession de l’ancien exploitant. Stéphane CHIN LOY, président de la CCISM, déplore un problème de forme dans le cahier des charges, qui jouerait en défaveur de la Chambre de commerce. "Simplement reformuler le dossier pour que chacun puisse répondre et que l’Etat puisse trancher en toute clarté, et sans ambiguïté sur le candidat à choisir", explique-t-il, "nous avons beaucoup de projets pas seulement sur la plateforme mais sur l'environnement de la plateforme, donc c'est un dossier assez complexe. La CCISM et ses partenaires ont prouvé que notre groupement avait des financements et avaient la capacité de les dérouler tout au long de ces 40 années"

Quel que soit le gestionnaire, beaucoup de projets doivent transformer cet aéroport. ©Polynésie la 1ère


Mais avec déjà 52 exploitations aéroportuaires à son actif à travers le monde, la société VINCI, nouvel attributaire de la gestion de l'aéroport, compte bien apporter toute son expérience pour le redynamiser. Reste encore à définir les projets à venir avec le Pays qui sera détenteur de 49% des parts de la nouvelle société concessionnaire. "Le plus important pour nous est de découvrir le projet de Vinci...Le Pays s'associe avec une grande entreprise sans réellement connaître son projet seulement sur la base du cahier des charges par l'Etat. Nous tiendrons compte que le engagements pris par le passé au regard du personnel et de ses acquis soient protégés", explique Jean-Christophe BOUISSOU, vice-président du gouvernement.

C’est en septembre 2023 que la société Vinci devrait normalement démarrer sa concession. En attendant, la CCISM déposera un recours cette semaine au tribunal administratif de Papeete pour vice de forme concernant l’attribution du marché de l’aéroport de Tahiti-Faa’a.

Un marché juteux puisqu'en 2019, ce ne sont pas moins d'1,5 millions passagers qui ont transité par cette plateforme.