publicité

Au conseil des ministres du 03 avril 2019

Le gouvernement a validé le lancement d'une nouvelle campagne de promotion touristique. Il a également fixé à 4 700 le prélèvement d'holothuries autorisé à Katiu, Hiti, Tepoto sud et Tuanake et a approuvé le lancement d'une quinzaine d'opérations de construction d'habitats groupés par l'OPH en 2019.

© Christophe Marquand
© Christophe Marquand
  • Communiqué du conseil des ministres / CM
  • Publié le
Programme 2019 de l’Institut de la statistique de Polynésie française

L’année 2019 de l’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) sera marquée par la 2e édition de l’enquête emploi, le lancement de l’enquête famille-logement, la réalisation de l’enquête annuelle d’entreprise dans les autres services touristiques, l’étude sur la parité du pouvoir d’achat (PPA), la poursuite des études thématiques du recensement de la population et de l’EBF (Etude sur le budget des familles) et par l’exploitation de l’enquête sur les dépenses touristiques 2018.

Par ailleurs, l’Institut publiera les résultats des travaux sur les comptes économiques rapides 2018 et les comptes économiques définitifs 2016.
 
Ouverture de la pêche aux holothuries pour 2019 dans les îles de Katiu, Hiti, Tepoto-Sud et Tuanake

En 2018, les ouvertures de la pêche aux holothuries, source de revenus pour 27 pêcheurs répartis dans 4 îles, ont permis d’exporter 6 594 holothuries séchées pour un poids de 1 865 Kg et d’une valeur marchande de 17,2 millions cfp. Le prix moyen/Kg a été de 9 747 cfp, soit 1 244 cfp de plus par rapport à 2017.

Le comité de gestion de l’île de Katiu a demandé l’ouverture de la pêche aux holothuries sur les îles de Katiu, Hiti, Tepoto-Sud et Tuanake. Ce comité a pour rôle de recenser les pêcheurs et transformateurs d’holothuries et de les tenir informés des différentes règles de pêche et quotas applicables sur leur île.

Il prend également l’engagement d’effectuer le suivi de la pêche sur le terrain, la transformation et les expéditions destinées exclusivement à des commerçants d’holothuries titulaires d’un agrément (4 commerçants agréés à ce jour).

Le conseil des ministres a ainsi validé la liste des membres du comité de gestion, les conditions d’ouverture de la pêche jusqu’au 31 octobre 2019, la mise en place de quotas par espèce dans chaque île, et la mise en place d’une zone de réserve au moins égale au tiers de la surface du lagon dans chaque île.

Les quotas retenus par le conseil des ministres ont tenu compte des demandes du comité de gestion, d’une évaluation technique des ressources disponibles mais également des résultats des pêches antérieures et des connaissances existantes. Ainsi, le quota total pour ces quatre îles a été fixé à 4 700 holothuries, toutes espèces confondues.

Approbation de la programmation 2019 des opérations de construction de logements sociaux

Le ministre du Logement a présenté, en conseil des ministres, la programmation 2019 des opérations de construction de logements sociaux de l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH) qui comporte près de 4 milliards cfp d’investissements.

L’Office Polynésien de l’Habitat lancera, en 2019, une quinzaine d’opérations nouvelles concernant l’habitat groupé. Il s’agit d’études, pour un montant de 33 millions cfp, et de travaux, dont 148 logements sociaux, pour un montant total estimé à plus de 3 milliards cfp. Dans le même temps, l’OPH procèdera à d’autres opérations pour un montant total d’investissement de plus de 963 millions cfp :
 
  • L’acquisition d’un terrain de 23 638 m² à Paea et de 9 lots viabilisés du lotissement Fauna Iti sur l’île de Huahine;
  • Diagnostic de réhabilitation du Centre d’Hébergement des Etudiants (CHE) d’Outumaoro à Punaauia ;
  • Aires de jeux de la résidence « Hauts de Teroma » à Faaa ;
  • Viabilisation de 138 parcelles de différentes îles aux Marquises et aux Tuamotu Gambier ;
Ces opérations sont inscrites au budget du Pays. Certaines d’entre elles bénéficieront d’un cofinancement Etat-Pays au travers du contrat de Projets (2015-2020). Cette programmation et les montants d’investissement inscrits manifestent la progression significative de l’activité de l’OPH en sa qualité de bailleur social et traduisent l’engagement prioritaire du gouvernement en faveur du logement social et de la lutte contre l’habitat insalubre pour l’année 2019 et les années à venir.

Campagne « Pick your paradise » de Tahiti Tourisme

Depuis 2016, Tahiti Tourisme décline chaque année une campagne de promotion internationale sous le thème du « Mana » pour présenter les différentes facettes de la destination.

Après le lancement de la campagne « Tahiti et ses Îles, les îles du Mana », le groupement l’a décliné en 2017 avec le thème de la dualité pour présenter la diversité des expériences en Polynésie française. Puis en 2018, Tahiti Tourisme a lancé la série de vidéos en ligne « Take Me To Tahiti » mettant en scène de vrais couples et une famille sélectionnés au travers d’un casting international lancé sur les réseaux sociaux. La nouvelle série de vidéos « Pick Your Paradise », sera relayée dès la semaine du 9 avril 2019 sur nos différents marchés émetteurs.

Cette campagne est une série de vidéos déployées sur l’ensemble des sites internet de Tahiti Tourisme traduits en 9 langues. « Pick Your Paradise » est l’opportunité de promouvoir l’ensemble des archipels de la Polynésie. En plus de la diversité des îles, c’est aussi l’occasion à travers cette campagne de valoriser la diversité des expériences à découvrir en Polynésie.

Ainsi, ce sont 36 activités qui seront mises en lumière dans cette nouvelle campagne, des plus aventurières aux plus culturelles. « Pick Your Paradise » invitera les internautes à faire un tour visuel interactif de Tahiti Et Ses Îles. L’internaute est guidé dans une série d’aventures en ligne montrant la diversité des expériences que peut proposer la destination.

L’internaute pourra ainsi choisir ses expériences dans les 36 vidéos de 20 secondes :
12 vidéos « en immersion dans la Culture polynésienne » : danse polynésienne, va’a, tatouage, musique, confection de Tapa, pension de famille, le lever de pierre, repas traditionnel, roulottes, sculpture de tiki, Église, culture de perles.

12 vidéos orientées « Aventure » : Jetsurfing, vallée tahitienne et ses cascades, grottes de Rurutu, tyrolienne, vélo à assistance électrique, excursion en 4x4, Stand Up Paddle, Kayak, Parachute ascensionnel, plongée sousmarine, Golf, jetski.

12 vidéos pour montrer que le fenua est une destination adaptée autant pour les couples, que pour les familles ou encore pour  une escapade entre amis pour célébrer ainsi diverses « Relations » : croisière, hydravion, randonnée, équitation, Pique nique sur un motu, mariage, bungalow sur pilotis, petit-déjeuner en pirogue, confection d’Umu Hei, Marae, snorkeling et séjour en catamaran.

L’ensemble des contenus vidéo sera diffusé sur tous les sites internet et traduit en 9 langues. Cette expérience visuelle a pour but d’inciter les internautes à transformer leur visite virtuelle en voyage réel. Les 17 sites internet traduits en 9 langues de Tahiti Tourisme comptabilisent en moyenne chaque année 3,2 millions de visites.

Subvention pour les concours agricoles du Heiva i Raivavae

Le Conseil des ministres a octroyé une aide d’un montant de 350 000 cfp, au profit de l’association Tomite Taurua Rau e Heiva i Raivavae, pour financer l’organisation des concours agricoles du Heiva i Raivavae 2019.

Cette association, créée en 2012, a pour but d’organiser, de collaborer et de participer à l’organisation du Heiva et autres manifestations à caractère culturel, sportif traditionnel, agricole, artisanal, historique ou artistique à Raivavae. A ce titre, elle organise les activités de concours agricoles à l’occasion du Heiva i Raivavae 2019 et participe ainsi à la promotion de l’agriculture et des produits agricoles aux îles Australes.

Présentation du dispositif « aidants Feti’i »

Les évolutions démographiques constatées confirment le vieillissement progressif de la population en Polynésie française. Selon les projections, un polynésien sur six aura plus de 60 ans en 2027 (17% soit 54 877 personnes) contre environ un sur dix actuellement (9% soit 22 390) et un sur vingt et un en 1988 (5% soit 9844).

Fort de ces constats, un tout nouveau dispositif à destination des personnes les plus vulnérables vient d’être créé par le ministère de la famille, celui de « L’aidant feti’i », lequel donne la possibilité de faire appel à un membre de la famille et/ou à un proche afin d’assurer les tâches de la vie quotidienne que le bénéficiaire ne peut plus réaliser seul. Il est dédié aux personnes âgées et/ou handicapées vivant à domicile, dont l’état de santé fragile requiert une assistance ou nécessite une surveillance régulière.

Cette nouvelle disposition propose une indemnité de 50 000 cfp à destination du « Feti’i » désigné par la personne âgée et/ou handicapée. La demande doit être faite par la personne âgée et/ou handicapée auprès de la Direction des Solidarités, de la Famille et de l’Egalité (DSFE). Cette aide financière sera allouée mensuellement, sous réserve de certains critères d’éligibilité. Le dispositif « Aidants Feti’i » représente des avantages certains pour les plus fragiles.

En premier lieu, il donne l’opportunité à la personne âgée et/ou handicapée d’être assistée par la personne de son choix issue de son environnement familial et social et favorise son maintien à domicile. Il permet également aux personnes qui œuvrent auprès de leurs proches d’être reconnues et indemnisées.

Enfin, il garantit aux personnes aidées une prise en charge plus efficiente par le biais d’une formation technique et professionnelle octroyée à leurs aidants, axée sur divers thèmes comme l’entretien de l’espace de vie, la confection des repas, l’hygiène corporelle et le maintien du lien social.

Cette formation va également permettre aux aidants d’accéder à une pré-qualification dans le domaine du service à la personne avec la remise d’une attestation de formation validant leurs compétences et acquisitions. Par l’intermédiaire d’autres formations telles que celles de l’auxiliaire de vie ou de l’accueillant familial, la possibilité de se spécialiser davantage dans ce secteur d’activités est offerte.

Lancement du concours « Un nom ma’ohi et un logo pour la zone Biomarine de Faratea »

Dans le cadre du développement de l’économie bleue, le plan d’action économique 2016 du gouvernement projette la création de la zone Biomarine de Faratea. Ce projet étendu sur 35 hectares va permettre de répondre au manque de disponibilité foncière dans le secteur de l’aquaculture.

Ce futur lotissement aquacole est destiné à accueillir des investisseurs porteurs de projets en aquaculture et dans les activités de valorisation des biotechnologies marines. Le projet Biomarine est le premier projet aquacole de cette envergure à s’engager dans une réalisation concrète de mutualisation de moyens et de services.

Il s’agit de favoriser l’implantation d’entreprises aquacoles dans une zone aménagée, réglant ainsi les problèmes d’accès individuel au foncier auxquels le secteur aquacole est confronté depuis plus de trente ans.

Afin d’intégrer ce grand projet innovant dans le secteur du développement d’une aquaculture durable en Polynésie française, il est apparu important de l’ancrer dans son espace géographique et culturel, et donc tout naturellement de lui donner un nom de baptême ainsi qu’un logo polynésien.

Ainsi, à l’initiative de la direction des ressources marines et minières, sous couvert de la Vice-présidence de Polynésie française, en partenariat avec le ministère en charge de l’éducation, un concours intitulé « Un nom ma’ohi et un logo pour la zone Biomarine de Faratea » est lancé  pour les élèves de 4e, 3e et 2nde des établissements publics (Collège et Lycée de Taravao) et privés (Sacré-Cœur de Taravao et Lycée Agricole de Taravao LEAPT) de Taravao.

L’implication de l’ensemble des collégiens et lycéens de la presqu’île dans cette démarche, permettra de faire connaître le secteur de l’aquaculture durable et d’ancrer ce projet à Taiarapu.

Ceci permet également aux élèves d’être sensibilisés aux carrières professionnelles possibles dans le domaine de l’économie bleue. La recherche d’un nom polynésien sur ce sujet donnera également aux collégiens et lycéens l’opportunité d’approfondir leurs connaissances de la langue et de la culture polynésienne dans le domaine de la mer et du développement durable.

Une communication a été effectuée par email durant la semaine du 11 février, soit juste avant les vacances auprès des établissements concernés pour le lancement du concours.

Le comité/jury sera constitué et composé de personnes de différentes institutions concernées, soit : le Vice-Président ou son représentant, le ministre de l’Education ou son représentant, le directeur de la Direction Générale de l’Education et des Enseignements (DGEE) ou son représentant, le président de l’Académie Tahitienne ou son représentant, le directeur de la Direction des Ressources marines (DRM) ou son représentant, le président de la Coopérative des Aquaculteurs de Polynésie française (CAPF) ou son représentant, le directeur de l’Ifremer ou son représentant.

Les membres du jury seront sollicités à partir de la mi-mai pour attribuer un classement des propositions. Les possibilités de participation sont limitées à une proposition de nom et/ou de logo par classe. Les propositions doivent être adressées à la Direction Générale de l’Education et des Enseignements (DGEE) avant le 26 avril prochain, et les vainqueurs seront annoncés vers la fin du mois de mai. Deux prix seront attribués : le prix du meilleur nom ma’ohi et celui du plus beau logo.

Le nom et le logo sélectionnés seront propriété exclusive de la Polynésie française et seront inscrits sur l’enseigne à l’entrée du site. Ils deviendront le nom de baptême polynésien et l’identité visuelle pour toute dénomination et représentation de ce site aquacole.

Création d’un certificat complémentaire « sport-santé » pour éducateur sportif

La prévention et la promotion de la santé constituent une priorité de la politique de santé publique de la Polynésie française.  Ainsi, le gouvernement s’est engagé dans une stratégie visant la réduction du surpoids et de la prévalence des maladies évitables, en développant notamment une expérience pilote visant l’intégration des Activités Physiques Adaptées (A.P.A.) dans un parcours de soin, comme moyen thérapeutique non médicamenteux.

Cette expérience est portée par le réseau « Maita’i sport-santé » et la prise en charge des patients est réalisée par des éducateurs sportifs, titulaires de diplômes professionnels permettant l’encadrement des activités physiques et sportives. En revanche, ces derniers n’avaient jusqu’à présent pas suivi de formation spécifique à l’accompagnement de ce type de public.

Aussi, afin de garantir une qualité de prise en charge du public cible atteint de pathologies spécifiques, et pour répondre au besoin croissant d’encadrants formés, le ministère en charge des sports a proposé la création d’un certificat complémentaire « sport-santé », réservé aux éducateurs sportifs professionnels, attestant de la compétence à assurer l’encadrement et l’animation des activités physiques ou sportives dans un objectif d’acquisition, de maintien ou d’optimisation du « capital santé ».

Ce certificat, préparé au cours d’une formation de 50 heures minimum, s’obtient par capitalisation de deux unités de compétences : être capable de préparer une action d’animation en sport-santé et être capable de conduire une action d’animation dans un objectif d’acquisition, de maintien ou d’optimisation du capital de santé.

Soutien aux associations : subventions à Tefana football et à l’UPJ

Le conseil des ministres a octroyé, à l'association « Section Sportive Tefana Football », une subvention complémentaire de fonctionnement, au titre de l’année 2018, d'un montant de 5 millions cfp, pour le financement de ses activités générales.

L'association Section sportive Tefana Football étant déjà attributaire d'une subvention de fonctionnement d'un montant de 2 016 000 cfp, dont un million cfp, pour le cadre technique administratif, le soutien financier global du Pays, au titre de l'année 2018, pour le financement de l’activité générale de l’association, passe ainsi à 7 016 000 cfp.

Fondée le 1er février 2012, l'association « Section Sportive Tefana Football » est affiliée à la Fédération Tahitienne de Football. Elle a pour objet d’organiser et de favoriser la pratique du football et des exercices physiques pour tous les jeunes de la Polynésie française.

Lors de la dernière saison, cette structure était composée de 487 licenciés. Outre les animations ou classes de football au collège Henri Hiro, au collège Notre-dame des anges, ou dans les écoles élémentaires de Faaa, l’association a aussi organisé un déplacement des équipes U13 à Saint-Etienne.

Le conseil des ministres a également octroyé, au titre de l’année 2018, une subvention complémentaire de fonctionnement d'un montant de 2 millions cfp, à l’association UPJ (Union polynésienne pour la jeunesse) pour l'organisation du festival des associations "Taurea Asso" qui regroupe la manifestation Upa Nui, la Journée internationale de la jeunesse et le Taurea Move.
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play