Au service des autres, Irène Degage à présent officier dans l’Ordre National du Mérite

solidarité polynésie française
61d913150eb42_jt-portrait-irene-degage-medaille-pad-frame-3542.jpg
Après la médaille de chevalier dans l’Ordre National du Mérite en 2001, puis celle de l’Ordre de Tahiti Nui. Ce matin, Irène Degage a été décorée de la médaille d’officier dans l’Ordre National du Mérite. Précurseur de la condition féminine et de la lutte contre les maltraitances faites aux enfants, Irène a dédié sa vie aux autres.

L’altruisme, chez Irène, c’est comme une seconde nature. Chez elle, des coupures de journaux lui rappellent son passé glorieux. Des moments forts qu’elle a vécus dans le milieu associatif. Presqu’une vie entière dédiée aux autres. "J'ai un dossier sur chaque action que j'ai accomplie, sur chaque association que j'ai créée, c'est ma vie, voilà", dit Irène Degage.

De SOS Vahine...

Car des associations, Irène en a présidé plusieurs. En 1990, l’association SOS Vahine voit le jour. Protéger les enfants maltraités, les femmes battues et violées… En tant que chargée de mission de la condition féminine, c'était sa priorité. "A l'époque, il y avait beaucoup de viols de jeunes filles...A la suite d'un débat sur le viol, on m'a conseillé de créer une association de femmes battues, d'où l'association SOS Vahine".

...au Kiwani's Club...

Irène se sent pousser des ailes. Elle s’intéresse de plus près aux associations caritatives. La Croix-Rouge par exemple, qu’elle rejoint en 1985. 8 ans plus tard, elle crée le Kiwani’s club des Raromata’i. Des obligations qui ne l’ont jamais éloignée de sa famille. "En général, c'était la semaine où elle était très occupée, le week-end elle essayait d'être un peu plus présente à la maison, le dimanche on essayait d'être ensemble quand même...On arrivait à avoir une vie de famille surtout le week-end", explique Thierry Santa, fils d’Irène Degage et ancien président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie.

...à l'épicerie sociale de la Croix-Rouge

En 2001, Irène reçoit l’insigne de chevalier dans l’Ordre du Mérite. De son initiative naît le Lion’s Club féminin en 2007. La volonté d’aider son prochain est plus forte. C'est ainsi qu'en 2012, Irène prend en main l’épicerie sociale de la Croix-Rouge à Raiatea. Ensuite, le Pays lui fait honneur avec la médaille de l’Ordre de Tahiti Nui. "A l'épicerie, à ces familles nécessiteuses, on leur vendait à 10% de la valeur marchande...On ne voulait pas donner, on voulait responsabiliser les personnes...Quand les mamans partaient de l'épicerie avec le sourire, c'était ma satisfaction", précise avec émotion Irène.

61d913cc1e7cf_img-1020.jpeg
Lors de la cérémonie, Irène entourée de sa famille. ©Haut-commissariat

Retraitée de l’Office des postes et des télécommunications, Irène se sent à 76 ans toujours aussi bien dans son corps et dans sa tête. Cet investissement pour les plus démunis lui a valu d’être élevée au grade d’officier dans l’Ordre National du Mérite. "C'est une fierté, elle le mérite, pour tout ce qu'elle a fait pour ces personnes, les familles nécessiteuses, les femmes,...elle mérite largement cette reconnaissance nationale", reconnaît son fils Thierry. 

61d9137540c79_2022-01-07-patita-port-irene-d-frame-17459.jpg
Fier de sa mère Irène. ©Polynésie la 1ère

Et sa mère de préciser que sa "devise a toujours été : ce que tu fais aux plus petits des miens, c'est à moi que tu le fais !"