Cocaïne saisie sur un voilier : l'aide précieuse du chien anti-drogue

police polynésie française
chien anti drogue
Rien n'échappe à son flair hyper développé. ©Polynésie la 1ère
Après la récente saisie de cocaïne sur un voilier, focus sur les brigades cynophiles des polices nationale et municipale, à l'origine de l'opération. Un partenariat important entre les deux structures pour venir à bout du trafic de drogue.

Quelques grammes de drogue et des billets de banque cachés à plusieurs endroits. C’est le challenge du jour pour Power, le chien de la police nationale, un berger malinois de 3 ans capable de détecter héroïne, cannabis, ice ou même argent. L'exercice est réussi en 5 minutes avec une récompense à la clé. "Il a répondu à toutes les attentes, c'est un peu l'entraînement qu'on fait quotidiennement et c'est ce qui nous permet aussi bien lui que moi d'être performants", explique Fabrice Kimbembe, chef de la brigade cynophile de la DTPN, "quand il arrive sur un lieu de perquisition ou de recherche, pour lui c'est un jeu. A nous à faire un mélange".

chien anti-drogue
L'entraînement doit être un jeu pour ces chiens destinés à un type précis de travail. ©Polynésie la 1ère

Le chien, semi-conditionné dans l’Hexagone, va parfaire son entraînement localement avec l’assistant technique. "Normalement, le chien a été travaillé en Métropole pour trouver de la drogue. Maintenant à nous à le stimuler, pour qu'il travaille tous les jours. Le mien, je le conditionne. Dès qu'il me voit, c'est le travail. Dès qu'il est seul, c'est de la promenade, la conduite. Mais dès qu'il me voit, qu'on monte dans le véhicule c'est pour le travail", précise Kale Teriitahi, assistant technique à la DTPN.

Ensemble

L’union fait la force. L'’entraînement commun avec la police municipale est idéal pour les interventions. Cette fois-ci Pocket, 2 ans et demi, a besoin de son rituel à chaque opération. "Tant qu'il n'a pas son harnais, il n'est pas enclenché en mode recherche. Par contre dès il l'a, il sait qu'il doit bosser...On s'entraîne conjointement avec les collègues [de la police nationale] 4 fois par semaine", déclare Marcel Kwong, chef de la brigade cynophile de la police municipale de Papeete.

chien anti-drogue
Les polices nationale et municipale travaillent en étroite collaboration lors d'opérations précises. ©Polynésie la 1ère

Une mutualisation des moyens avec la gendarmerie et de la douane a fait l’objet d’une convention actuellement interrompue. "Aujourd'hui nous voudrions que ces entraînements se fassent encore en commun pour que nous puissions être plus perspicaces dans nos recherches", remarque Patrick Bordet , délégué à la police et à la prévention de la délinquance à la mairie de Papeete.

Soumis à régime hyper protéiné, ces chiens doivent impérativement peser entre 27 et 30 kg pour une meilleure efficacité, avant la détente avec leur maître.