Festifoot : leur handicap ne les empêche pas de taper dans le ballon rond

football polynésie française
Festisfoot
Ils et elles ont joué à leur façon et se sont beaucoup amusés. ©Polynésie la 1ère
Des rencontres de football adaptées dédiées spécialement à des "personnes capables autrement". Comprenez, les individus, atteints d'un handicap. Le "Festifoot" leur a donné la possibilité ce jeudi, de disputer quelques matchs, dans la bonne humeur, le plus important n'étant pas la victoire, mais bel et bien, le partage et le "fairplay".

Aujourd’hui, les stars du ballon rond, c’est eux. Malgré leur handicap, ils prouvent que le sport est accessible à tous. Sur le pelouse de la joie et la bonne humeur, et parmi eux des multi-sportifs : "basket, football, pirogue, piscine et volley ball", indique Noam.

Issus de 7 associations et de centres medico-éducatifs, ils sont atteints de différents handicaps, alors les ateliers sont très bien adaptés. "Aujourd'hui, on a des aveugles, du coup on a mis en place des activités juste pour eux. On a eu aussi des malentendants, et on s'est adaptés à eux", déclare Honinivai, éducatrice. "Ca leur donne la possibilité de varier pour que eux aussi viennent sur le terrain voir d'autres choses que leur discipline", ajoute David Chang, cadre technique de la FTF.

Festifoot
L'essentiel, c'était l'esprit de groupe tout en passant du bon temps. ©Polynésie la 1ère

Tous tentent bien sûr de marquer des buts. Mais aujourd’hui le fair-play est le mot d’ordre. "L'objectif est de se rencontrer déjà, de faire ensemble ce qu'on peut faire ensemble autour du foot. C'est le point commun, et puis il y a la rencontre et l'esprit de solidarité", explique Jean-Noël A oopa, accompagnateur.

Plus que ça, le sport est un atout pour ces personnes capables autrement. "On a une vision autre, c'est-à-dire que l'ensemble des motricités, des arcs moteurs est sollicité durant l'exercice...ce qui aboutit à des cohésions de mouvements", explique Alain Barrère, directeur de la fédération polynésienne de sport adapté et handisport.

Festifoot
Il fallait marquer des buts, mais le principal a été de montrer son fair-play. ©Polynésie la 1ère

De telles rencontres sont organisées plusieurs fois dans l’année. A la fin, tous repartent heureux et main dans la main comme pour montrer que, eux aussi, sont unis par le sport.