Fortes houles : les habitants réparent en attendant les aides

catastrophes naturelles polynésie française
Les fortes houles des 13 et 14 juillet 2022 ont provoqué de très nombreux dégâts... ©Polynésie la 1ère
De nombreuses familles se sont retrouvées sans logement après les fortes houles qui ont touché la Polynésie, les 13 et 14 juillet 2022. Les pensions, notamment celles de la presqu'île, ont subi énormément de dégâts... Le gouvernement a acté l'état de catastrophe naturelle le 15 juillet dernier, permettant d'enclencher les aides exceptionnelles aux sinistrés.

Dégâts sur les routes, dans les maisons ou les pensions… La forte houle du milieu de semaine dernière n’a épargné personne. À Tahiti comme dans les îles, plusieurs pensions ont été touchées. Vendredi, le gouvernement a pris un arrêté concernant l’état de catastrophe naturelle. Une décision qui permet d’actionner les aides dont dispose le Pays.

Une première tranche de crédits doit être débloquée lundi mais les sinistrés ont déjà commencé à réparer les dégâts… C’est le cas d’Annick Paofai, gérante de la pension Bonjouir à Teahupoo. Même si elle a pris les devants en démontant son ponton, les dégâts sont là : trois bungalow inondés, un cassé, des matelas bons à jeter, des poteaux couchés, la piscine dans un piteux état et la pension privée d'eau pendant trois jours, suite au passage des houles.

Après avoir dépensé 5 millions Fcfp l’année dernière suite à la houle d'août, il devient difficile d'assumer le coût de nouvelles réparations. Pourtant, il faut avancer car c’est la saison haute et les réservations sont pleines. "On ne peut pas attendre. La bourse est vide. On a des réservations de l'étranger !" Impossible d’attendre, le manque à gagner serait trop important. Alors aujourd’hui, Annick Paofai demande de l’aide au gouvernement…

La gérante espère que les pensions ne seront pas laissées de côté. Elle aimerait par exemple que le Pays l'aide à financer des murs de protection pour faire face aux houles qui vont se multiplier dans les prochaines années. Elle a dépensé des millions dans le dernier qu'elle a dû reconstruire.

Malgré les difficultés, Annick souhaite pérenniser son activité : "Je vais continuer à faire des murs de protection. Je ne peux pas faire autrement. J'aimerais que l'on trouve des solutions avec le Pays."

Par ailleurs, des collectes de dons alimentaires sont organisées par l’église adventiste le 17 juillet à Mataiea. Des vêtements ont déjà été récoltés au cours de la semaine. Ces dons vont être distribués aux familles sinistrées de Mataiea et Papeari.

Des opérations de nettoyage au sein des foyers sinistrés sont également prévues par l’église adventiste du 18 au 20 juillet.