Japon : l'ex-Premier ministre Shinzo Abe assassiné en plein meeting

japon polynésie française
assassinat Shinzo Abe
Des Japonais lisent un journal évoquant l'attaque contre Shinzo Abe, alors entre la vie et la mort, à Tokyo, le 8 juillet 2022. Lex-Premier ministre est mort quelques heures plus tard. ©DAVID MAREUIL / ANADOLU AGENCY / AFP
L'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe est décédé vendredi à l'hôpital des suites de l'attaque par balles dont il a été victime en plein meeting électoral à Nara (ouest), suscitant une vive émotion au Japon et à l'étranger.

"Shinzo Abe a été transporté (à l'hôpital) à 12h20. Il était en état d'arrêt cardio-respiratoire à son arrivée. (Les médecins ont) tenté de le réanimer. Cependant, il est malheureusement décédé à 17h03" (08h03 GMT), a déclaré Hidetada Fukushima, professeur de médecine d'urgence à l'hôpital de l'université médicale de Nara, situé dans la ville voisine de Kashihara.

M. Abe a été atteint de deux balles au cou, a précisé ce médecin.

Visiblement très ému, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré avoir "prié" pour la survie de M. Abe, son ancien mentor politique dont il a été ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017.

Un homme d’une quarantaine d’années a été interpellé, ont rapporté les médias japonais. Citant des sources policières, la chaîne de télévision publique NHK a affirmé qu'il tenait encore en mains une arme lors de son arrestation. L'homme n'a pas tenté de quitter les lieux, selon NHK.

Le suspect a avoué avoir commis le crime, a annoncé un haut responsable de la police de la région de Nara. Il "a déclaré avoir gardé rancune à une certaine organisation et il a avoué avoir commis le crime parce qu'il croyait que l'ancien Premier ministre Abe lui était lié", a déclaré ce policier à des journalistes, en refusant de donner davantage de détails.