La 3e dose recommandée, 4 cas positifs au variant inconnu

coronavirus polynésie française
61ba9b48c55b4_video.jpeg
Daniel Ponia de la plateforme covid et le docteur Henri-Pierre Mallet de la Direction de la santé. ©Polynésie la 1ère
Même si la situation s'est nettement calmée, pour éviter une nouvelle vague, les autorités sanitaires incitent vivement à faire la 3e dose. D'autant que depuis la semaine dernière, 12 cas positifs importés ont été détectés. Parmi eux, 4 dont l'origine est encore inconnue.

La crainte d'une nouvelle flambée épidémique due au variant Delta mais surtout au variant Omicron pousse aujourd'hui les autorités à inciter la population à effectuer leur rappel. Soit la 3e dose.

"Même si la situation est calme et stable", précise le docteur Pierre-Henri Mallet, épidémiologiste à la Direction de la santé. Lequel fait remarquer toutefois que "12 cas importés la semaine dernière" ont été détectés grâce aux auto-tests réalisés dès leur arrivée à l'aéroport. Parmi eux, 4 dont l'origine est inconnue. Ces personnes positives ont été confinées.

Rappel après 6 mois

D'où la préconisation de faire la 3e dose de vaccin, d'abord pour les personnes de plus de 65 ans ainsi que les plus fragiles, mais aussi pour celles dont la 2e dose remonte déjà à plus de 6 mois. 

Omicron dans la 5ème vague
©Radio France

Contre la variant Omicron, "plus contagieux mais moins dangereux et présentant des formes cliniques moins graves", le docteur Mallet ajoute que les vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna) sont plus efficaces (car ciblant mieux) que les Astra Zenecca, Janssen ou Sputnik.

Pour lui, le meilleur rempart reste donc le vaccin, administré depuis peu aux enfants de moins de 12 ans avec des "doses pédiatriques", soit 1/3 de celles réservées aux adultes.

6 000 doses pédiatriques

"6 000 doses sont attendues pour la semaine prochaine" en Polynésie. Ici, peu d'enfants ont développé des formes graves de la maladie. Par contre, il faut se poser la question de vacciner ceux en contact avec des personnes fragiles et ceux présentant des comorbidités.

61baa0fa40de4_point-presse-plateforme-covid-19-15-12-2021-3.jpg
Le point presse régulier sur la situation sanitaire. ©Présidence Pays

Pour Daniel Ponia, responsable de la plateforme covid, réduire l'intervalle entre la 2 e dose et 3e dose est importante. Car certaines personnes immunisées vaccinalement ou viralement peuvent encore attraper le virus.

Le rappel va prolonger la validité de leur pass sanitaire. Pour éviter qu'il ne soit désactivé, il doit être effectué entre "le 5e mois et 7e mois" après la 2e dose.

Pass sanitaire à la Présidence

Daniel Ponia remarque que se faire vacciner à la Présidence permet de repartir avec son pass sanitaire avec QR code actualisé puisqu'il est généré sur place. Pas besoin d’attendre des jours si la demande est faite chez soi en ligne, la plateforme Manava étant actuellement saturée de requêtes.

L'intensification de la vaccination est lancée avec l'ouverture du vaccinodrome de la Présidence le week-end du vendredi (8h à 16h) au dimanche (8h à 12), sans oublier les vaccinomobiles à Faa'a et Papara. Ces centres seront fermés les 24 et 31 décembre.