Le Conseil d'État rejette la demande de report du référendum

référendum polynésie française
Le troisième référendum aura lieu le 12 décembre
Le Conseil d'Etat a rejeté mardi la demande d'un collectif de citoyens de reporter le référendum sur l'indépendance prévu le 12 décembre en Nouvelle-Calédonie, estimant que le contexte sanitaire ne faisait "pas obstacle" au déroulement du scrutin.

« Les mesures de protection sanitaire encore maintenues ne font pas obstacle au déroulement de la campagne référendaire », indique dans son ordonnance la juridiction, qui avait été saisie d'une requête en référé-liberté. Le Conseil d'Etat a également rejeté l'argument du respect du deuil kanak et « des pratiques coutumières », jugeant que « cette circonstance ne saurait caractériser, par elle-même, une atteinte à une liberté fondamentale de nature à justifier » un report du référendum.


Les requérants, 146 électeurs « en majorité kanak » et trois associations selon l'un de leurs avocats, avaient également fait valoir que « jusqu'à 2.000 électeurs » des communes de Belep, de l'île des Pins et des îles Loyauté n'avaient pu s'inscrire dans le bureau de vote décentralisés à Nouméa. « Il ne ressort pas de l'instruction que la procédure (...) aurait été entravée par le contexte sanitaire », a répondu le Conseil d'État. Il conclut « qu'aucune circonstance », au vu de l'instruction, n'est de « nature à justifier » un report de la consultation du 12 décembre ».

Ce troisième et dernier scrutin du processus de décolonisation de l'accord de Nouméa (1998) est boudé par les indépendantistes. Ils en demandaient le report en raison de l'épidémie de Covid-19, qui « empêche de mener une campagne équitable » et ont prévenu qu'ils ne reconnaîtraient pas le résultat et le contesteraient devant les Nations unies. Une mission du FLNKS, emmenée par Roch Wamytan, signataire de l'accord de Nouméa, figure historique de la lutte kanak et président du Congrès, est en route pour l'ONU. Jeudi, ses membres s'exprimeront devant l'assemblée générale de l'ONU pour informer la communauté internationale sur la situation en Nouvelle-Calédonie et la non participation au vote du 12 décembre du FLNKS, a indiqué à l'AFP un dirigeant de la coalition indépendantiste mercredi.

La vague épidémique, qui a débuté le 6 septembre, a fait 279 morts, mais elle est désormais en net repli, avec un taux d'incidence sous la barre des 50 cas pour 100.000 habitants.

Qu'en pense le Tavini ? 

Dans la région, est-ce que les élections sur le 3e référendum en Nouvelle-Calédonie auront bien lieu dimanche ? Pour le leader indépendantiste, Oscar Temaru, cette élection devrait être reportée. Il estime que ces « grands pays colonisateurs ne respectent pas la charte » initialement prévue avec leurs colonies.