Le Pays autorise la mise sur le marché du vaccin contre la variole du singe

coronavirus polynésie française
Vaccins enfants
©FranceInfo
Lors du conseil des ministres de ce mercredi 3 août, un arrêté a été pris relatif à la mise sur le marché du vaccin contre la variole du singe. L'épidémie continue de progresser dans le monde. Le continent européen concentre 70% des cas de l'épidémie dans le monde.

Le virus du Monkeypox ou variole du singe donne actuellement lieu à plusieurs épidémies à travers le monde, et de façon particulière aux États-Unis et en Europe. Le continent européen concentre 70% des cas de l'épidémie dans le monde.


Afin d’anticiper l’introduction de ce virus en Polynésie française, le Pays a autorisé la mise sur le marché du vaccin contre la variole du singe, la spécialité IMVANEX. Ainsi, la Polynésie française autorise le vaccin qui permettrait de vacciner la population qui serait identifiée à risque d'être contaminée contre la variole. Les procédures pour l’approvisionnement sont en cours.

18 000 cas dans le monde

Si la majorité des cas de variole du singe sont peu graves, ces derniers jours, les morts se sont enchaînées portant à dix le nombre de décès de personnes porteuses de la variole du singe dans le monde depuis mai. Selon un décompte publié par Santé Publique France le 28 juillet dernier, on dénombrait 1 955 cas de variole du singe en France. Dans le monde, le nombre de cas de variole du singe s'élève à 18 000 depuis le début du mois de mai.

La plupart du temps, la variole du singe se guérit d'elle-même au bout de trois semaines, avec l'apparition de croûtes, qui viendront recouvrir les plaies apparues chez les patients. Le mieux reste encore de se prémunir de la maladie en se faisant vacciner. En Métropole, 42 000 doses ont d’ores et déjà été déstockées en Ile-de-France a assuré le ministre de la Santé, François Braun. 118 centres de vaccination ont été ouverts en France. La vaccination se fait à l'aide de l'injection deux doses de sérum, espacées de 28 jours.