Le ras-le-bol des soignants

hôpital polynésie française
Hôpital Taaone
Dans un communiqué publié la semaine dernière, intitulé " Ras le cocotier ", le syndicat SPCHDT/CSTP-FO dirigé par Mireille Duval est monté au créneau pour exprimer son FIU total par rapport aux décisions politiques. Le syndicat dénonce surtout le manque de reconnaissance des pouvoirs publics par rapport aux soignants et fustige le manque d'exemplarité en terme de salaires.

Les syndicats autonomes représentants des personnels de santé du Centre hospitalier du Taaone, de l'hôpital de Raiatea, des Marquises, de Taravao et de la Direction de la santé ont exprimer leur ras-le-bol collectif.

Dans un communiqué intitulé "Ras le cocotier", ils tirent la sonnette d'alarme concernant les personnels de santé en détresse.

Le "navire santé" de la Polynésie française coule et se meurt. Des "MERCI" du Pays, nous n'en voulons plus ! Des "photos médailles" nous n'en voulons plus !

Les syndicats représentants des personnels de santé

Communiqué "Ras le cocotier"

Les syndicats ajoutent : "seuls comptent le paiement des heures réellement effectuées et des indemnités qui les accompagnent, y compris des travaux pendant les astreintes et les jours fériés. Ainsi que la promotion professionnelle, la formation, l'évolution de nos carrières."

Les syndicats réclament le paiement des heures supplémentaires, soit une enveloppe de 100 millions de francs pacifiques. Ils sont prêts à aller jusqu'à la grève s'il le faut. 

Mireille Duval, secrétaire générale de la CSTP-FO au Centre hospitalier du Taaone s'est exprimée sur les principaux points de revendication. Elle est au micro d'Ibrahim Mohamed-Azi: