Les 16 premiers adultes-relais, ou médiateurs sociaux, reçus au haut-commissariat

solidarité polynésie française
16 adultes-relais reçus au haut-commissariat
Autour Guy FITZER, chef des subdivisions administratives des îles du Vent et des îles Sous-le-Vent, et en présence de Rebecca TETUANUI, deuxième vice-présidente du syndicat mixte en charge du contrat de ville de l’agglomération de Papeete (SMCDV) et des élus communaux, les 16 adultes-relais. ©Haut-commissariat
Coup d’envoi de la formation des 16 premiers adultes-relais au haut-commissariat, autrement dit des médiateurs sociaux dans les quartiers prioritaires de la zone urbaine ainsi que de Moorea. Leur contrat de 2 ans a pour objectif de guider les habitants des quartiers mais aussi d'assurer leur insertion professionnelle.

Ces 16 adultes-relais, récemment recrutés par 7 communes de Tahiti et de Moorea dans le cadre de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers, ont été reçus ce matin au haut-commissariat.

Décliné pour la première fois en 2021 en Polynésie française, ce dispositif permet de recruter des adultes de 26 ans au moins, issus des quartiers prioritaires et à la recherche d’un emploi. Les 16 candidats retenus ont ainsi pu débuter, depuis octobre dernier, un contrat à durée déterminée de 2 ans renouvelable en qualité d’adulte relais.

Des référents de quartier en quelque sorte, déployés au sein des communes de Arue, Faa’a, Moorea, Paea, Papeete, Pirae et Punaauia, adhérentes du syndicat mixte (SMCDV).

16 adultes-relais reçus au haut-commissariat
Impossible de les rater ! Ces adultes-relais vont servir de médiateurs sociaux afin de guider et d'accompagner les habitants de leur quartier. ©Polynésie la 1ère

Leur rôle de médiateur social permet d’accompagner les populations des quartiers prioritaires de la ville dans l’accès aux démarches administratives, aux services publics, aux soins et à l’emploi.

Ce dispositif est également destiné à faciliter leur insertion professionnelle à travers un plan de formation et de professionnalisation pour les accompagner dans leurs missions, mais également dans leurs souhaits de mobilité professionnelle une fois arrivés au terme de leur contrat.

Guy Fitzer

Grâce à l’appui de leur commune d’accueil, ces médiateurs sociaux seront accompagnés sur le long terme dans leur réinsertion professionnelle, pour développer de nouvelles compétences et accomplir leur projet professionnel.

D'autres recrutements

Cofinancé par l’État pour un montant de 38,4 millions cfp (65%), par le Contrat de ville à hauteur de 8,5 millions cfp (15%) et par les communes à hauteur de 11,5 millions cfp (20%) pour un montant total de 58,4 millions cfp en 2021, le succès de ce dispositif d’État va ouvrir la voie au recrutement de 16 autres adultes-relais courant 2022.