Les protestants de Polynésie de nouveau à l’heure de la quête

religion polynésie française
Les protestants de Polynésie de nouveau à l’heure de la quête

213 ans que le rituel n'a pas changé, les paroissiens mettent la main à la poche pour couvrir les dépenses ordinaires de l'institution ecclésiale. Mais Covid oblige, l'Eglise attire l'attention de ses ouailles sur la nécessité de se renouveler. 

Comme chaque année à la même période depuis 1808, sauf en 2020, les mois d’avril et de mai sont pour l’Eglise Protestante Maohi l’occasion d’effectuer leur « 'Aufaura’a me », comprenez l’offrande.

A Papeari, les fidèles de la commune ont restitué les travaux des actions menées tout au long de l’année. Deux jours de festivités placés sous le thème du renouvellement, autrement dit « quel avenir pour l’Eglise Protestante de demain ? ».

La Covid ayant bousculé le calendrier en 2020, c’est donc un an après la crise sanitaire que ce dimanche 2 mai, 27 animateurs ont eu la charge de diriger des ateliers d’animation regroupant 105 enfants.

Pour Claudino Mahaa, président de la Jeunesse du 2e arrondissement protestant « l’objectif est de guider les jeunes vers Jesus-Christ » le tout dans leur langue, en re'o tahiti.

Apprentissages, débats, activités paroissiales, accompagnements, amour de soi, de son prochain et de la terre nourricière ont ainsi ponctué l’année écoulée.

Les enfants ont dû se produire devant leurs parents et les dirigeants de l’église. Une liturgie qui clôt plusieurs mois de travail collaboratif et collectif.

Résultat, aucune réduction des sommes récoltées, bien au contraire en 2021 Papeari récolte 1 527 000 de francs Cfp, c’est 27 000 francs de mieux qu’en 2019.