Malaisie : des requins pointe blanche observés avec des taches et des lésions

animaux polynésie française
requins pointe blanche malades indonésie
©Outremer la 1ère

Menace sur les requins pointe blanche. Ces squales dont le bout des nageoires est blanc. Près de l'île de Sipadan, en Malaisie, plusieurs d'entre eux ont été photographiés avec des taches et des lésions. Pour les scientifiques, cette maladie serait liée au réchauffement des océans.

Des requins à pointe blanche portant des taches et des lésions sur la tête ont été observés par des plongeurs, au large de l'île malaisienne de Sipadan. Une zone protégée loin des activités hulmaines et où la pêche est interdite.

requins pointe blanche malades indonésie
©Outremer la 1ère

 

Selon des scientifiques, cette mystérieuse maladie de la peau n'est donc pas imputable à la pollution ou à des blessures. "Nous pouvons presque certainement attribuer au réchauffement des océans un rôle dans ce que nous voyons sur les requins malades à Sipadan", précise Davies Austin Spiji, biologiste marin (Reef Guardian).

Les experts ont remarqué que la température moyenne des eaux de surface du secteur avait atteint 29,5°C, soit 1°C de plus qu'en 1985.

requins pointe blanche malades indonésie
©Outremer la 1ère

 

Les requins pointe blanche vivent autour des récifs. Leur maladie est semble-t-il à mettre en parallèle avec certains problèmes des coraux.

"Au vu des changements des températures, du blanchissement des coraux...nous ne pouvons pas ignorer que des choses se passent là-bas", explique Mohamed Shariff Mohamed Din, professeur d'études vétérinaires auqatiques (Université de Putra, Malaisie).

Une observation qu'a facilité la grande fréquentation du site par les plongeurs. Il est célèbre depuis le reportage du commandant Cousteau sur le cimetière des tortues.

Même en Polynésie ?

 

Mais reste à savoir si cette maladie des requins pointe blanche est limitée au secteur ou si elle peut se propager ailleurs. L'espèce est présente en divers points du globe. Dont la Polynésie française. Mais elle est considérée comme quasi mencée.

On peut se demander si d'autres squales et animaux marins pourraient à teme être concernés par ce genre de pathologie.

Regardez le reportage de Bruno Sat d'Outremer la 1ère :