Mission Rikitea : Edouard Fritch réaffirme sa volonté de "transparence de la part de l'État pour l'ouverture des archives"

nucléaire polynésie française
Edouard Fritch, le président du Pays, en déplacement à Rikitea
Edouard Fritch, le président du Pays, en déplacement à Rikitea ©Présidence
Du 2 au 3 juillet, un déplacement conjoint État-Pays s’est tenu sur l’île de Mangareva, dans l’archipel des Gambier. Si ce séjour a permis à l'État et au Pays de constater l’évolution de certains travaux, il a été aussi l'occasion de revenir sur le sujet épineux du nucléaire.

En déplacement à Rikitea, Edouard Fritch a réaffirmé sa volonté "d'une grande transparence de la part de l'État pour l'ouverture des archives" du nucléaire. Le président du Pays s'est déclaré "convaincu que les hauts responsables de la République prendront en considération le volet délicat de la prise en charge des frais médicaux payés par la CPS pour les travailleurs exposés". "Nous ne pourrons avancer et progresser que dans la justice et la vérité" a aussi déclaré Edouard Fritch.

Le Haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, le président de la Polynésie française, et la délégation gouvernementale se sont rendus également au village de Taku, pour constater la réalisation effective des travaux de dépollution et de déconstruction d’anciens sites militaires.

Au-delà du sujet épineux du nucléaire, ce séjour à Mangareva a aussi permis à l'État et au Pays de constater l’évolution de certains travaux. Samedi, l’école primaire a été inaugurée, ainsi que la salle omnisports du village. Dimanche, la visite portait sur les portions de routes bétonnées. René Temeharo, ministre des Grands travaux, détaille le chantier.