Nelson Van Kam précurseur de la culture sans eau

agriculture polynésie française
culture sans eau
Nelson Wan Cam a misé sur la culture sans irrigation. Et ça marche ! ©Polynésie la 1ère
Rencontre avec un agriculteur qui cultive sans arrosage. Nelson Van Kam produit des tomates, des concombres, du maïs ou encore du choux, le tout sans irrigation... Comment est-ce possible ?

Il avait exprimé sa colère en septembre dernier. 9 mois plus tard, 3 individus ont été interpellés. Pour autant les vols de légumes n’ont pas totalement cessé dans l’exploitation de Nelson Wan Kam

 Situé sur les hauteurs de Afaahiti, l’homme est « parti de rien » comme il dit. Il a commencé en tant qu’employé, il y a 25 ans. Aujourd’hui, Nelson Wan Kam dirige l’une des grandes exploitations de Tahiti, avec 45 hectares de terre cultivée. "On peut bien vivre de l'agriculture, mais il faut avoir de bonnes bases", dit-il.

culture sans eau
L'un des secrets est de bien protéger les semis des brûlures du soleil. ©Polynésie la 1ère

De bonnes bases mais également une solide expérience. Nelson Wan Kam a su s’adapter à l’évolution des techniques de culture. Ici, il n’existe aucun système d’irrigation. "C'est grâce au paillage que l'on peut cultiver sans eau. Il permet, lorsqu'il fait très chaud, de garder l'humidité en dessous. Et lorsqu'il pleut beaucoup, ça permet aussi de ne pas trop absorber d'eau. L'eau s'écoule sur le plastique et va dans le caniveau. La pluie et la rosée du matin suffisent pour alimenter les plantes", précise l'agriculteur.

Préserver les semis

Avec un climat qui se rafraîchit dès le mois de juin, les produits maraîchers se font rares, leurs prix augmentent en conséquence. Il faut donc veiller à préserver les semis. "Aujourd'hui, avec le système d'ombrière, c'est pour protéger les plants de semis qu'on repique. Comme on n'utilise pas d'eau, on est obligé de les mettre à l'ombre afin qu'ils ne brûlent pas au soleil", détaille Nelson Wan Kam.

Partager ses connaissances, c’est aussi un des objectifs de Nelson Van Kam. Aujourd’hui il dispense une formation aux agriculteurs venus des archipels. "On est venus pour découvrir la culture sans eau. Une culture sans arrosage car à Taravao, il pleut beaucoup contrairement à Huahine", explique Tahia Barsinas Faatiarau, une stagiaire.

Autre fierté de Nelson Wan Kam, la réduction de l’utilisation de pesticide d’environ 70%. Une agriculture raisonnée que l’homme d’affaire souhaite promouvoir auprès de la population

©polynesie