Plusieurs collectifs lancent un recours contre la loi vaccinale

coronavirus polynésie française
vaccin
©Pol.1
La loi de Pays sur l'obligation vaccinale a été adoptée le 23 août 2021. Elle a beaucoup agité les antivax et fait aujourd’hui l’objet d’un recours devant le Conseil d’Etat. Un appel à la mobilisation a été lancé par plusieurs collectifs de Polynésie contre cette loi qu'ils jugent "liberticide."

Afin d'accélérer la vaccination pour lutter contre la pandémie de covid-19, la loi de Pays sur l'obligation vaccinale a été adoptée le 23 août 2021 en Polynésie. Un grand nombre de personnes et de secteurs sont concernés dont la santé, les commerces, le tourisme, les services publics, etc. 

Cette loi de pays fait aujourd’hui l’objet d’un recours devant le Conseil d’Etat.
 

"Liberticide"


Quatre collectifs - Les collectifs des femmes de Polynésie, Nunaa’a A Ti’a, Covid 19 A ti'a Polynésie, A tamau i te hono - se sont mobilisés pour "contrer cette loi entachée de nombreuses illégalités, pour demander son annulation […]."

Les collectifs précisent que "ces actions ne sont en aucun cas des manœuvres 'complotistes' comme le soulignent certaines personnes à court d’arguments pour justifier l’imposition du vaccin, mais bel et bien des actions visant à défendre les droits de chaque être humain et plus particulièrement les Polynésiens."

Cette requête en référé déposée lundi 30 août 2021 devant le tribunal administratif, vise donc à obtenir la suspension de l’exécution de l’arrêté d’application de la loi de Pays sur l’obligation vaccinale contre le covid-19, la qualifiant de "liberticide".

L'avocat Brice Dumas porte les mêmes accusations :

Il est certain que cette loi et l'arrêté d'application ont été pris dans les meilleures intentions du monde pour enrayer les épidémies, pour autant l'enfer est toujours pavé de bonnes intentions. C'est dans les moments de crise que l'on se permet de violer les lois fondamentales : ce n'est pas acceptable.

 

Contexte tendu


Ce dernier pointe également du doigt le court délai imposé aux personnes concernées pour satisfaire à cette nouvelle obligation, fixé à deux mois : 

L'obligation vaccinale a été volontairement imposée à la population réfractaire, on va dire, dans un très court délai puisque la population concernée a deux mois pour se faire vacciner et il n'est pas certain que le recours devant le Conseil d'Etat soit étudié durant ce lapse de temps. Il est essentiel encore une fois de suspendre l'arrêté d'application de cette loi pour que la population qui ne souhaite pas se faire vacciner puisse ne pas se faire vacciner.


Ce recours contre la loi vaccinale intervient dans un contexte sanitaire particulièrement tendu où les hôpitaux sont saturés et en manque de moyens humains et matériels.

Ce recours vient également contrer les propos du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, qui déclarait mardi 31 août sur le plateau de Mayotte la 1ère : "La Polynésie française, comme les Antilles, c'est une épidémie de personnes non-vaccinées." Des mots qui font écho à ceux employés il y a quelques jours par le ministre de la santé en Polynésie, Jacques Raynal.

Cette requête en référé doit être jugée par le tribunal administratif mercredi 1er septembre. 

Entre le 30 mai 2021 et le 30 août 2021, le nombre de personnes complètement vaccinées est passé de 48 134 à 106 147, soit 58 013 de plus en trois mois. Dans la même période, 281 décès dû au covid-19 ont été enregistrés, dont 100 dans la seule semaine du 16 au 22 août.