Poerani, couturière prometteuse pour Rimatara

éducation polynésie française
Poerani, ancienne élève du CJA de Rimatara, en bac pro mode. ©TD / Polynésie la 1ère
Poerani est issue d'une formation cuisine au centre pour jeunes adolescents de Rimatara, d'où elle est originaire. Elle poursuit aujourd'hui ses études dans les métiers de la couture au lycée professionnel de Faa'a. Plus tard, elle souhaite offrir cet enseignement aux élèves du CJA de son île.

De fil en aiguille, elle prépare sa carrière professionnelle. Poerani étudie actuellement la couture et les métiers de la mode au lycée professionnel de Faa'a. Une pratique qu'elle connait bien puisqu'elle a commencé à coudre à 13 ans, avec sa mère. "Tous les jours, quand [maman] sortait sa machine, c'est moi qui enfilait l'aiguille. (...) Je savais déjà comment cela fonctionnait" témoigne-t-elle. 

Elle a d'abord été orientée en cuisine, lorsqu'elle a été scolarisée au centre pour jeunes adolescents de Rimatara, d'où elle est originaire. Elle aurait déjà pu commencer la couture, mais la discipline n'y était pas enseignée. La jeune femme s'était alors rabattue sur l’atelier cuisine, à 14 ans. 

Il y avait des machines à disposition au CJA de Rimatara, mais personne de diplômé pour nous enseigner.

Poerani, élève en 1ère bac pro métiers de la mode

Changement de cap

Au moment de poursuivre sa scolarisation au lycée professionnel de Faa'a, elle s'est finalement retrouvée en couture, faute de place en cuisine. Aujourd'hui âgée de 18 ans, elle en est à sa troisième année d'études en métiers de la mode à Tahiti, des étincelles plein les yeux. Elle et ses camarades préparent leurs confections pour la prochaine Fashion Week. 

Madame nous booste pour avancer sur le projet, mais on est stressées puisque nos confections seront exposées devant des personnes de 'haute couture' !

Poerani

Leur professeure, Lisiane Abecassis, est confiante et croit en leur réussite : "on est toujours ravis d'avoir des élèves de CJA. Ils ont de l'avance par rapport aux autres au niveau de la maturité et de la pratique, même si l'aspect théorie prend un peu plus de temps.

Poerani compte bien faire bouger les choses. Elle veut continuer ses études en France pour revenir enseigner la couture au CJA de Rimatara.