Sursis de 6 mois pour l'installation des taximètres

économie polynésie française
Taxis Taximètre
©Polynésie la 1ère

En 2018, une modification de la règlementation des taxis prévoyait l’installation d’un taximètre dès janvier 2021. Mais la crise sanitaire est passée par là, les professionnels ont demandé à repousser son installation. Leur demande a été acceptée. 

Il n'y a pas de taximètre, c’est donc le tarif forfaitaire qui est toujours en vigueur. Cette pratique est ancienne. Les professionnels sont-ils prêts à changer et à installer un compteur ? Elisa a plus de 50 ans de métier. Elle ne voit pas l’arrivée de ce nouveau matériel d’un bon œil. "Les Tahitiens ont l’habitude de te demander combien ça coûte de là, à là. Nous avons un tarif. Avec le taximètre on ne peut pas savoir. Les gens n’aiment pas ça."

Il y a également un problème lié aux pannes de l'appareil. "Quand ça tombe en panne,  personne ne les répare. Il faut ramener en France. C’est pour ça que je suis contre."

Laurent, lui, est chauffeur depuis 2008. Il se dit prêt à utiliser ce taximètre qui permettra d'accorder tout le monde sur les tarifs. Mais il n’est pas dupe : il y a des avantages comme des inconvénients. "Pour nous, c’est intéressant dans le cas où l'on tombe dans la circulation mais clients va rouspéter. Mais on n'a pas le choix, c'est le taximètre qui donne le tarif."

Du côté des clients, on semble aussi préférer l’ancienne méthode, moins coûteuse. C'est en tous les cas ce que pense Yves : "C’est peut-être mieux le forfait parce que le taximètre ça tourne tout le temps alors que le forfait est fixe, à la longue ça serait moins cher."

Aujourd’hui, il faut choyer cette clientèle locale. Avec la crise sanitaire, les taxis ont perdu entre 80 à 90% de leur chiffre d'affaires. Les touristes se font rares, les locaux restent donc leur principale source de revenu.

Calixte Guilloux, président de la coordination des taxis de Tahiti et Moorea : "Une demande a été soumise à la direction des transports terrestres et au ministère, il ne sera pas question d'appuyer sur le taximètre, par contre on le mettra dans un cahier de compte". 

Les taxis ont la charge de payer le taximètre. Un coût supplémentaire alors que la profession est en crise. "Le taximètre, c'est la question du coût. On est obligé de le payer, l'installer, commander les pièces. Alors qu'un prix forfaitaire est beaucoup plus simple."

 

Les professionnels ont réussi à obtenir le report du taximètre de janvier à juillet 2021. Son utilisation sera ensuite obligatoire pour tous dès 2023. De quoi laisser le temps aux concernés de se familiariser à cette nouvelle réglementation.