Tonga : la France envoie 50 tonnes d'aide

océan pacifique polynésie française
La France envoie de l'aide à Tonga
La France envoie 50 tonnes d'aide aux îles Tonga. ©THOMAS TREBERN
Suite à l'éruption volcanique et au tsunami qui ont touché l'archipel des Tonga, le samedi 15 janvier dernier, l'aide internationale s'organise. La France a envoyé deux patrouilleurs, permettant ainsi d'acheminer un total de 50 tonnes d'aide. De l'eau, des tentes, du matériel d'urgence ont été embarqués.

En coordination avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en liaison avec les autorités des îles Tonga et avec l’appui de l’Union européenne, les armées françaises interviennent pour répondre aux besoins les plus urgents après l’éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai survenue le 15 janvier.

S’appuyant sur le dispositif des forces de souveraineté présentes dans le Pacifique, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie Française, elles déploient des moyens militaires pour acheminer le fret d’urgence mobilisé par le centre de crise et de soutien du MEAE en partenariat avec la Croix-Rouge.

Ainsi, le vendredi 21 janvier, sous contrôle opérationnel des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC), le patrouilleur Arago des Forces armées en Polynésie française (FAPF) a appareillé pour rejoindre les îles Tonga, avec à son bord près de 40 tonnes d’aide. Ce lundi 24 janvier, le patrouilleur La Glorieuse des FANC a appareillé avec près de 10 tonnes d’aide complémentaire. L’aide transportée par ces deux navires représente 10 000 litres d’eau potable, 2 000 rations de combat, environ 500 tentes, 3 600 jerrycans d’eau, et divers matériels d’urgence.

Des moyens aériens des FANC vont également être engagés. Un Falcon 200 Gardian effectuera des vols de reconnaissance le mardi 25 janvier et un CASA transportera du fret mercredi 26 et vendredi 28 janvier.

Dans le strict respect des mesures sanitaires en vigueur relatives à la pandémie de coronavirus, toutes les unités engagées rempliront leur mission sans contact avec la population locale, afin de se conformer au protocole établi par les autorités des Tonga et ainsi éviter tout risque de transmission du virus.

Ce déploiement est également étroitement coordonné avec l'Australie et la Nouvelle Zélande.