Sénat: jour de rentrée pour Teura IRITI et Vincent DUBOIS

politique tahiti
sénat
©D.R.
Les nouveaux sénateurs Vincent DUBOIS et Teura IRITI ont assisté à leur première séance sous les ors du Sénat au Palais du Luxembourg. Celle qui a vu l'élection du président de la Haute Assemblée, Gérard LARCHER. Moment d'émotion pour les deux entrants, mais aussi pour le sortant Richard TUHEIAVA.
A 33 ans, le sénateur polynésien est le benjamin du groupe UDI, et le deuxième plus jeune du Sénat.
Vincent Dubois confie "être très content d'être le benjamin de l'UDI, et le deuxième plus jeune du Sénat, en espérant que j'arrive à mettre en oeuvre cette jeunesse à contribution du groupe déjà et puis contribution de la Polynésie. Ce qui fait notre force c'est cette complémentarité avec Teura, avec cette mixité et cette nouvelle jeunesse du Tahoeraa déjà notre parti en Polynésie, mais c'est vraiment beaucoup d'émotion d'être ici, on a hâte de pouvoir se mettre au travail pour soutenir les projets polynésiens".

Teura Iriti n'a pas manqué à l'appel. La sénatrice et Vincent Dubois étaient accompagnés de Gaston Flosse. Mais l'ex-président du pays, déchu de son mandat de sénateur, est resté en retrait. C’était donc une journée particulière pour Teura Iriti, première femme sénatrice de Polynésie: "Oui, effectivement, j'espère être à la hauteur, mais il n'y a pas de raison puisqu'avec mon ami Vincent DUBOIS on fera vraiment une bonne équipe. Nous avons été très bien accueillis aujourd'hui"

Deux sénateurs qui arrivent, un autre qui quitte le Sénat. Ce matin, Richard Tuheiava, sénateur sortant, battu dimanche dernier lors des élections sénatoriales, a fait le bilan de son mandat. L’élu indépendantiste est satisfait de son parcours: "Je pars avec la satisfaction du travail accompli, réellement, pour nos communes. Cet acharnement a été reconnu par l'ensemble des maires malgré les votes de dimanche. Ils savent tous que j'ai réalisé certaines choses qui ne pourront plus jamais être enlevées de la l'histoire de la Polynésie à travers le Sénat. La voix de la Polynésie Française a été entendue et beaucoup de réalisations pendant 6 ans me tiennent à coeur. Il y a d'autres satisfactions: la restitution des têtes maori à la Nouvelle Zélande à laquelle j'ai participé, le redémarrage du procès de Pouvana Opa, l'atelier et les candidatures UNESCO pour Taputapuatea et les Marquises. Surtout les 1400 familles qu'on a sauvé du chômage en 2011, dans le cadre de la fonction publique communale".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live