Sénatoriales : retour sur les précédents scrutins 2014-2015

élections tahiti
votes 2014 / élections
©Polynésie la 1ère
728 grands électeurs éliront dimanche 27 septembre les deux sénateurs polynésiens. A l'approche du grand jour, retour sur les dernières élections sénatoriales de 2014. Vincent Dubois et Teura Iriti, candidats Tahoeraa, avaient été élus avant que le conseil constitutionnel n'invalide leur élection.
Aux Sénatoriales de 2014, le Tavini perd gros, le Tahoeraa gagne mais il va y laisser des plumes. Après la présidence, Gaston Flosse veut assurer sa succession au Sénat. Il vient d'être déchu de ses mandats électifs suite à sa condamnation définitive dans l'affaire des emplois fictifs et au refus du président Hollande de le gracier. Le vieux lion a remporté tous les scrutins depuis 2012. 

Ses candidats, Vincent Dubois et Teura Iriti, sont élus au premier tour. C'est jour de défaite en revanche pour le sénateur sortant Richard Tuheiava, le Tavini perdant ainsi sa toute première représentation nationale. Mais le 6 février 2015, c'est la stupeur au sein du Tahoeraa. Le conseil constitutionnel invalide l'élection du tandem Iriti-Dubois en raison d'une manifestation de soutien organisée le jour du scrutin par Gaston Flosse jusque devant le centre de vote. Les sages du Palais Royal estiment qu'elle a pu altérer la sincérité du scrutin. 

Les élections partielles ont lieu le 3 mai 2015. Un scrutin sur fond de guerre de succession au Tahoeraa et au Tavini. Au Tahoeraa, c'est l'implosion : les élus pro-Fritch, Lana Tetuanui et Nuihau Laurey, sont élus au premier tour. Le Tapura signe sa première victoire électorale avant la création du parti, le 20 février 2016. Cette victoire précipite la chute du Tahoeraa. Démissions et exclusions rythment désormais la vie du parti. 

La sentence frappe aussi le président Fritch. Au Tavini, c'est la discorde. Richard Tuheiava perd son binôme de 2014. Contre l'avis de son parti, Tauhiti Nena est candidat au côté de l'écologiste Jacky Bryant. L'ex-coqueluche des souverainistes continuera à s'affranchir de sa famille politique. 
 
©polynesie


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live