Surfer en pleine ville, ce sera bientôt possible !

surf tahiti
Surfer en pleine ville ? Ce sera bientôt possible à Paris, grâce au nouveau concept "Waves in city"
Surfer en pleine ville ? Ce sera bientôt possible à Paris, grâce au nouveau concept "Waves in city" ©Waves in city
Deux passionnés de surf parisiens lancent un nouveau concept « le surf urbain » avec des vagues reconstituées comme en plein océan !
A Tahiti, la question ne se pose pas, pour débutants ou surfeurs expérimentés, les spots de surf ne manquent pas, et ne sont jamais très loin. Une chance appréciée de tous les surfeurs polynésiens. En revanche, ce n’est pas le cas dans les grandes villes, qui doivent souvent se contenter d’assouvir leur passion uniquement pendant les vacances ou certains longs weekends.

Partant de ce constat, Jérôme Villeminot et Christophe Verrier deux amis français d’une quarantaine d’années, passionnés de surf depuis leur 15 ans, ont lancé ce nouveau concept "Waves in City" : créer des parcs de surf dans les villes et proposer tout un ensemble de services dédiés au surf et à son univers : une vague artificielle outdoor de type Wavegarden, une vague indoor avec un flowrider, une école de surf, un skatepark, un musée du surf, une plage, un bar et restaurant, un surf et skate shop…
Les surfeuses pros australiennes Sally Fitzgibbons (à gauche) et Stephanie Gilmore ont pu s'essayer aux vagues du Wavegarden, à l'occasion du Roxy Pro 2013.
Les surfeuses pros australiennes Sally Fitzgibbons (à gauche) et Stephanie Gilmore ont pu s'essayer aux vagues du Wavegarden, à l'occasion du Roxy Pro 2013. ©B. TESTEMALE / ROXY

Les deux fondateurs du projet nous promettent des conditions de pratique toujours parfaites : une vague glassy ajustée et paramétrée jusqu’à 1,50m, tubulaire et puissante. Sans compter sur le fait que les pratiquants pourront espérer surfer jusqu’à 17 vagues par heure en moyenne, soit plus du triple que lors d’une session sur l’océan.

L’entreprise se veut également solidaire en obtenant l’agrément ESS (Entreprise Sociale et Solidaire), et créant un partenariat avec l’association nationale Handi Surf.

Le lieu est en cours de discussion. Plusieurs sites potentiels sont en discussion avancée. Parmi les critères, celui-ci doit se trouver à maximum 30 à 45 minutes du centre de Paris, et surtout, être bien desservi par les transports en commun. D’autres villes veulent accueillir le projet, mais Paris sera un premier site vitrine et pilote.

Ne soyez donc plus surpris si vous allez à Paris l’été prochain et que vous rencontrez dans le métro parisien des surfeurs planches sous le bras, en route pour une session !