Surfer à haut débit en mer, c'est pour demain

internet tahiti
haut débit
Passerelle de navire équipée en haut-débit ©(D.R.)
L’innovation dans le secteur de la mer inspire les bretons. Après le drapeau connecté il y a quelques semaines, on présente à Brest une première mondiale: un boîtier permettant d’avoir le haut-débit jusqu’à 20 milles nautiques. A quand une application en Polynésie ?
D'après France 3 Brest, le groupe Microwave Vision, spécialiste mondial des systèmes de tests des ondes électromagnétiques, travaille depuis deux ans sur le boîtier S@ilink, dans leurs locaux de la technopôle de Plouzané. Il amènera le haut-débit à bord, des communications à plus de 10 Mbits/s pour des distances dépassant les 10 milles nautiques, via un réseau LTE bande 7 (la 4G, pour les intimes). « Ce qu’on fait dans ce petit boîtier, c’est de récupérer différents petits signaux, faibles, insuffisants pour avoir une bonne réception, on va les additionner, les mettre en phase, et reconstruire un signal » explique Philippe Garreau, le président de MVG.

Jusqu’à présent, une connexion haut-débit en mer était réservée à certains professionnels, qui y mettaient le prix. Ils utilisaient bien évidemment le satellite. Les autres, amateurs ou professionnels, se contentaient de la VHF pour des communications et quelques données. Typiquement, ce bon vieux bulletin météo de France Inter, dont on griffonnait les bribes hachées sur le journal de bord.

"MicroWave Vision a développé un boîtier et des antennes répondant aux contraintes de l’environnement en mer (propagation des ondes, tangage, salinité), en deux versions: standard pour les particuliers, plus robustes pour les professionnels".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live