Transport aérien : Air France emboîte le pas, Anthony Géros s'inquiète

france tahiti
Les avions aux couleurs d'Air France sont actuellement remplacés par ceux de la compagnie portugaise Hifly
Le cyclone Lane oblige Air France à modifier ses vols. ©CC Pixabay
Après Air Tahiti Nui, la société aérienne française a elle aussi affiché des prix en baisse. Anthony Géros, invité du journal de dimanche 17 décembre, a exprimé son inquiétude pour Air Tahiti Nui.
Air France contre-attaque ! On pensait la compagnie muette depuis l'arrivée de French Blue dans le ciel Polynésien, mais il n'en n'est rien. Après Air Tahiti Nui qui annonçait le 8 décembre dernier son nouveau tarif "eco light" au prix de départ de 142 000 Fcfp l'aller-retour en classe économique, Air France, par le biais de la page Facebook d'Aviation Geek, a fait savoir ses nouveaux tarifs.

La compagnie aérienne française proposera l'aller-retour Papeete Paris au prix d'appel de 160 000 Fcfp à partir du mois d'avril, en basse saison. Air France prévoit également de lancer une nouvelle structure tarifaire à partir du même mois pour les vols concernant l'Europe, les Etats Unis et le canada. L'offre permettra aux clients affiliés au système "flying blue" de choisir entre les formules "light" (baguage à main seulement), "standart" (baguage en soute seulement), ou "standart +" (avec possibilité d'annuler ou modifier le vol). Reste à voir si la compagnie prévoit d'appliquer cette nouvelle structure sur les vols Papeete-Paris.

A noter que parmi les trois compagnies, Air Tahiti Nui reste celle qui propose les tarifs les plus élevés à prestations égales.

Les précisions d'Axelle mésinèle

Invité du journal ce dimanche 18 décembre, Anthony Geros s'est exprimé sur cette guerre des prix. Le Politicien de l'UPLD s'inquiète pour le futur de la compagnie aérienne locale.

Anthony Geros invité de l'hebdo

Selon le représentant UPLD, Air Tahiti Nui a reçu beaucoup d'aides de la part du gouvernement, des aides qui ne peuvent plus être allouées. Il craint que, face à la concurrence, la société ne puisse plus faire de bénéfices.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live