publicité

L'union fait la force pour les chercheurs du fenua

Soutenir le développement de la Polynésie française par la connaissance, la formation et l’innovation : c’est l’ambition affichée par les chercheurs du fenua, qui se regroupent au sein d’un consortium baptisé RESIPOL (Recherche Enseignement Supérieur Innovation pour la POLynésie).

© UPF
© UPF
  • Polynésie la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Un accord a été signé ce jeudi matin entre les différents organismes de recherche et d’innovation présents en Polynésie française. L’UPF, l’université de Californie-Berkeley, le CNRS, ou encore l’Ifremer, l’institut Louis-Malardé et l’IRD se regroupent au sein du consortium RESIPOL.

« L’enjeu, c’est de mieux coordonner les forces de recherche qui sont en place en Polynésie française », explique Pierre Labrosse délégué international à la recherche et à la technologie, au micro de Heipua Teuira-Van Bastolaer :

« La recherche est un véritable moteur d’innovation, qu’il convient de développer. »


Il s'agit aussi de s'ouvrir davantage sur la région et à l’international. Pour cela, une politique commune d’invitation de chercheurs doit être élaborée. Les échanges avec les établissements de la région Pacifique seront privilégiés.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play