Il y a 54 ans Aldébaran, premier tir nucléaire et triste anniversaire

nucléaire tahiti
2 juillet triste anniversaire
©polynesie.la1ere
Ce jeudi 02 Juillet marque le 54e anniversaire du premier essai nucléaire en Polynésie. En 30 ans, la France réalisera 193 tirs. Aujourd’hui, l’association 193 organise un sit-in devant le haut-commissariat pour que les conséquences de ces tirs soient reconnues.
 
Ils sont une cinquantaine assis devant le monument aux morts de Papeete avenue Pouvanaa. Juste en face du haut-commissariat les slogans s’affichent sur les banderoles. Le ton est donné. « Amendement Lana assassin » ou « en mémoire de nos femmes décédées ou malades d’une des 21 maladies de la loi Morin ».

L’association 193 veut rappeler les conséquences des tirs nucléaires pour ne pas oublier et continue le combat pour faire indemniser les victimes. Un combat de longue haleine.

Entre l’annonce où l’Etat reconnait l’impact (ndlr : des essais nucléaires) […] et la réalité aujourd’hui nous voyons un fossé énorme

père Auguste, président de l'association 193

L’amendement Lana au cœur des débats


Sur le grill en ce moment la réintroduction du seuil de rétroactivité d'un millisivert (dit amendement Lana Tetuanui) au dossier des victimes des essais nucléaires. Une décision prise le 2 juin dernier par la commission mixte paritaire composée de députés et de sénateurs.

Concrètement cette décision implique que toutes les personnes qui ont été exposées à des doses radioactives inférieures à 1 millisivert ne peuvent pas prétendre à indemnisation. Jusqu’à présent seuls les dossiers déposés après l’adoption de l’amendement Tetuanui étaient concernés. Mais la décision de la commission mixte paritaire rend le texte applicable à tous les dossiers y compris ceux déposés avant l’adoption de l’amendement.

Pour l’association 193 cette décision aurait provoqué le rejet de trois quarts des dossiers d’indemnisation en à peine un semestre.

Père Auguste, président de l’association 193 :

père Auguste Uebe Carlson

Une allégation contestée par le civen (commission d'indemnisation des victimes du nucléaire) qui estime qu’au contraire les nouvelles règles sont plus favorables aux dossiers d’indemnisation.
Il y a 54 ans Aldébaran, premier tir nucléaire et triste anniversaire
Il y a 54 ans Aldébaran, premier tir nucléaire et triste anniversaire
 

Triste anniversaire

Il y a 54 ans Aldébaran, premier tir nucléaire et triste anniversaire
Il y a 54 ans Aldébaran, premier tir nucléaire et triste anniversaire

Le 2 juillet est devenu le jour emblématique du combat pour la reconnaissance des conséquences des essais nucléaires.
En effet, il y a 54 ans l’armée française procédait à son premier tir aérien sur l’atoll de Moruroa, nom de code Aldébaran. Le premier d’une longue serie. Un tir d’une puissance de 20 Kilotonnes soit 20 fois plus puissant que la bombe d’Hiroshima.

193 tirs auront lieu en 30 ans, 46 aériens et 147 souterrains. Le dernier tir aura lieu en 1996. Aujourd’hui l’atoll de Moruroa a été débarrassé de la quasi-totalité de ses installations militaires. La nature a repris ses droits. Restent les questions sur la solidité de l’atoll et les conséquences sur la santé des populations.

2 Juillet 1966, premier tir nucléaire

Il y a 54 ans Aldébaran, premier tir nucléaire et triste anniversaire
Tahaa : une marche pour le polynesia Kingdom
Les Outre-mer en continu
Accéder au live