Pukapuka : le projet Tutumarohirohi peine à prendre forme

logement tuamotu-gambier
Maison OPH
©Présidence de la Polynésie française

Le projet "Tutumarohirohi" est la construction de 14 fare OPH sur l’île de Pukapuka. Ces fare peinent à prendre forme. L’OPH est en charge de ce projet depuis 2016, des travaux ont été réalisés sur les parcelles en 2018 et la signature des conventions de location-vente en 2019.

Le projet "Tutumarohirohi" de 14 fare OPH à Pukapuka comporte des fare allant du F2 au F5 sur des terrains d’une superficie moyenne de 500m2. Il fait partie d’un programme de viabilisation de parcelle lancé dans les archipels polynésiens et financé par le pays et l’état. A terme il permettra à la population de ces archipels éloignés d’accéder à la propriété d’un terrain et d’un logement. 

Irma Porutu, habitante de l’île, attend son fare qui fait partie de ce projet depuis quelques années.

Interview

 

Selon Moana Blanchard, directeur de l’Office Polynésien de l’Habitat, l’OPH est en charge de l’opération sur Pukapuka depuis 2016, des travaux ont été réalisés sur les parcelles d’une superficie moyenne de 500m2  en 2018 et c’est en 2019 que les conventions de location-vente des terrains ont été signées.

Interview

 

La famille qui s’est acquittée de ses redevances, c’est-à-dire un peu moins de 8000 Fcfp de loyer pour le terrain par mois et la participation à hauteur de 2% ou 5% de la valeur initiale du fare, le verra prendre forme dans les prochains mois. Cependant, Moana Blanchard souligne qu’une bonne gestion des deniers publics est importante et que l’envoi au compte-goutte des fare n’est pas favorable pour l’OPH.

Interview

 

La situation financière compliquée des habitants de cette petite île éloignée est aussi à prendre en compte. Le maire, Raphael Villant explique le cas particulier de Pukapuka.

Interview

 

Et pourtant, les habitants semblent motivés à trouver une solution si toutefois un accord concret est signé avec l’OPH.

Interview

 

Afin d’aider sa population, le maire de la commune a proposé à l’office polynésien de l’habitat d’embaucher les demandeurs de fare lors de la construction afin qu’ils puissent par la suite payer leurs redevances. Une solution qui semble acceptable pour le directeur du service public.

Interview

 

En attendant, le maire de la commune a fait plusieurs demandes de CAE au SEFI afin d’aider la population de l’île de Pukapuka à payer leurs futures maisons.