réunion
info locale

Saint-Louis : les maires inéligibles

politique
Maires de Saint-Louis
Cyrille Hamilcaro et Claude Hoarau, l'ex et le maire de Saint-Louis, ne sont plus face à face mais devant la justice
L'avenir judiciaire de Claude Hoarau et de Cyrille Hamilcaro suspendu aux arrêts de la cour de cassation. L'actuel maire, PCR, vient d'être condamné à 2 ans d'inéligibilité, l'ancien, centre droit, encoure 5 ans.
Claude Hoarau, maire de Saint-Louis, élu du PCR, a été condamné à deux ans d'inéligibilité, le 8 novembre dernier par la cour d'appel de Saint-Denis, pour atteinte à la sincérité d'un scrutin. Il a été reconnu coupable d'achat de voix en 2008.
La justice n'a pas pour autant refermé le dossier Hoarau. L'édile du parti comuniste réunionnais saint-louisien devrait répondre de détournement de fonds publics. Il avait organisé un séjour en Afrique du Sud en 2010.
Ce voyage a eu lieu pendant la coupe du monde de football. Les deniers de la commune avait bénéficié à 180 participants. La mairie, via le comité des fêtes, avait versé une subvention de 28 000 euros à l'association coopération Réunion internationale. D'où la plainte de l'association contribuable 974.  Une affaire dont l'enquête est désormais bouclée et qui est en cours de réglement par le juge d'instruction en charge de ce dossier au tribunal de grande instance de Saint-Pierre.
Cyrille Hamilcaro centriste, ancien maire de Saint-Louis, sera lui fixé sur son sort le 31 janvier prochain. Il encoure 5 ans d'inélibigilité, 40 000 euros d'amende et 2 ans de prison dont 6 mois ferme. Il répondait devant la cour d'appel, ce jeudi, de recel d'escroquerie. Il est en effet suspecté  d'avoir bénéficié, pour financer la campagne des municipales de 2006, de la vente de terrains fictifs sur Saint-Louis. Des terrains vendus par Surgine Fontaine, ancienne maîtresse de l'ex élu saint-louisien.
Malgré leurs déboires judiciaires, Hoarau et Hamilcaro pourraient être les principaux candidats aux prochaines municipales. Les deux hommes peuvent se pourvoir en cassation. Une démarche juridique qui suspend les condamnations, le temps pour la plus haute juridiction nationale de se prononcer sur la forme et non sur le fond des affaires.
Reste une question sans réponse : l'augmentation de 65 pour cent des impôts locaux à Saint-Louis, commune dont cette taxe local est la plus élevée du département, est-elle liée à ces sagas judiciaires ?
Publicité