réunion
info locale

La Saint-Pauloise n'aura pas à rougir

sport
Ballon de foot
©FRED DUFOUR - AFP
La Saint-Pauloise a été éliminée au 7e tour de la Coupe de France après sa défaite 3-2 contre Dunkerque (CFA). Les Réunionnais n'ont rien à regretter, ils ont même entrevu la qualification en seconde mi-temps.
La Saint-Pauloise n'est pas passée loin de l'exploit. Les Réunionnais ont rivaliser et ont fait douter durant de longues minutes Dunkerque, 3e de son groupe de CFA. Rapidement menés au score par Dorizon servi sur un plateau par Madri, les joueurs de Christian Dafreville sont revenus au score par Jérémy Basquaise et même pris l'avantage juste avant la mi-temps grâce à l'attaquant Razolofo. Bien en place, ils ont longtemps repoussés les attaques nordistes jusqu'à cette 80e minute où Madri a obtenu un penalty transformé par Dorizon. C'est encore ce dernier, véritable bourreau des Réunionnais, qui va profiter d'une mauvaise relance de Pelops, pour donner un avantage en prolongations, cette fois-ci définitif pour les Dunkerquois. Et ce malgré les nombreuses occasions obtenues par la Saint-Pauloise dans les dernières minutes.

Les Réunionnais craignaient le froid du Nord. Mais dans les premières minutes de la rencontre, c'est surtout l'impact physique et l'intensité mises par les joueurs de Dunkerque qui font souffrir les Réunionnais. Dépassés, ils se font surprendre dès la 12e minute par Farsan qui lance à la limite du hors-jeu Madri qui offre sur un plateau à Dorizon, sa première réalisation de la soirée. Peut-être encore sous le coup de l'émotion de ce coup d'envoi donné par un des leurs Patrick Cazal, ancien handballeur des Barjots aujourd'hui entraîneur de l'équipe de Dunkerque, les Réunionnais doivent attendre la 16e minute et cette frappe lointaine de Siala-Chamba pour inquiéter Grandel, le portier nordiste. Regroupés derrière, les hommes de Christian Dafreville attendent le contre ou le coup de pied arrêté pour porter le danger. Une tactique payante puisqu'à la 24e minute, Jérémy Basquaise est à l'affût d'un coup-franc mal repoussé par Grandel pour égaliser. C'est le début du rêve pour les Réunionnais. Un rêve qui va un peu plus se matérialiser juste avant la mi-temps. Suite à une longue ouverture de Gérard Hubert par dessus la défense, Razolofo prend de vitesse son vis-à-vis et vient ajuster d'un extérieur du pied le gardien nordiste, Deux buts à un au meilleur des moments. Il reste 45 minutes alors à tenir.

Des erreurs qui coûtent cher

Dès le début de la deuxième mi-temps, les Dunkerquois essayent de remettre la pression sur la Saint-Pauloise. Mouraglia s'essaye comme lors du premier acte, aux frappes de loin, mais à chaque fois Pelops, le portier réunionnais veille. Plusieurs fois, il réalise des claquettes décisives notamment sur des centres-tirs venus de l'aile gauche. Galvanisés par la performance de leur gardien, les Réunionnais se prennent à rêver d'une qualification historique pour le 8e tour, quand à dix minutes du terme, Fromence, jusqu'ici irréprochable, maîtrise mal son tacle et fauche Madri dans la surface. Une erreur qui rappelle son carton rouge reçu il y a deux ans contre Lannion qui avait grandement handicapé son équipe. Dorizon, lui, ne se fait pas prier pour remettre les équipes à égalité et les envoyer vers les prlongations. Les jambes commencent à être lourdes, mais c'est le bras de Pelops, pourtant efficace depuis le début de la rencontre, qui va flancher. A la 101e minute, sa relance anodine vers Siala-Chamba manque de puissance et est interceptée par l'opportuniste Dorizon qui l'ajuste d'une frappe croisée. L'attaquant réalise donc un triplé qui ouvre les portes de la qualification à Dunkerque après être passé près d'une déconvenue.

Grandel, le dernier rempart
Les Réunionnais jouent alors leur va-tout et se ruent à l'attaque pour égaliser et arracher les tirs au but. Des espaces se libèrent dont ne profite pas Dorizon qui a l'occasion par deux fois, en trente secondes, de tuer le match. Mais il voit sa frappe être repoussée par Pelops, puis ensuite sa tête filer à côté du cadre. Dans la minute d'après (111e), Nicolas Hoarau, nouvel entrant manque son face-à-face devant Grandel sorti à sa rencontre. Le portier guadeloupéen de Dunkerque va être le héros de cette fin de match, en réalisant une nouvelle parade décisive à la 117e minute sur une belle frappe du capitaine Gérard Hubert. Au coup de sifflet final, la déception réunionnaise était à la hauteur du soulagement dunkerquois, mais seuls les Nordistes poursuivent leur aventure en Coupe de France.Les réactions

Fabien Mercadal (entraîneur de Dunkerque) au micro de Réunion 1ere : "La qualification a été très très longue à venir. On a failli tomber dans le piège tendu par les Réunionnais et notre presse locale qui les présentait comme une équipe de Division d'Honneur. Nous on savait que c'était une grosse équipe, ils peuvent être fiers".

Gérard Hubert (capitaine de Saint-Paul) au micro de Réunion 1ere : "C'est dommage! On menait 2 buts à 1, puis on prend un penalty. C'est une erreur qui nous coûte cher. On a montré nos qualités. On voulait bien faire par rapport à 2010 (élimination au 7e tour contre Lannion). Il y avait moyen de faire quelque chose".

Sébastien Dorizon (attaquant de Dunkerque) au micro de Réunion 1ere : "J'ai eu de la réussite ce soir. La Saint-Pauloise est une équipe solide; très joueuse. Le football réunionnais m'a étonné, ils ont eu bonne technique et joue bien dans la profondeur. Il y a également deux bons gardiens, ça s'est joué sur pas grand chose".

Huguette Bello (député-maire de Saint-Paul) au micro de Réunion 1ere : "Les joueurs de la Saint-Pauloise ont tout donné, ils ont eu des occasions. Je salue leur courage et leur persévérance".
Publicité